Loire-Atlantique : « Ce sont des chauffards ! » Les comportements se relâchent fortement sur les routes

SECURITE ROUTIERE Les accidents de la route ont fortement baissé l'an dernier, mais les mauvais comportements se développent

Julie Urbach

— 

Des gendarmes effectuent des contrôles près de Nantes
Des gendarmes effectuent des contrôles près de Nantes — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
  • Avec 56 tués sur les routes de Loire-Atlantique l'an dernier, l'accidentologie est en baisse notamment grace au confinement.
  • Mais cette tendance cache des «évolutions défavorables» dans les comportements, avec une hausse des grands excès de vitesse ou des refus d'obtempérer.

Moins de déplacements = moins d’accidents. En Loire-Atlantique comme ailleurs en France, l’accidentologie sur les routes a fortement baissé en 2020 en raison du confinement et du couvre-feu. Selon les indicateurs dévoilés par la préfecture ce mercredi, le nombre de tués a par exemple baissé de 21 % en un an.

« Nous avions 71 morts en 2019, c’est toujours trop mais il y en a eu 56 en 2020, détaille François Drapé, le directeur de cabinet du préfet. La tendance se vérifie pour les blessés avec une baisse de 32 %. En revanche, nous sommes très inquiets au sujet de certains comportements. Les refus d'obtempérer sont par exemple de plus en plus fréquents (deux par jour en moyenne). Les forces de l’ordre sont confrontées à des gens, disons-le à des chauffards, qui n’hésitent pas à forcer les barrages ou les contrôles. »

Défaut de permis, grands excès de vitesse

Car derrière les chiffres, le bilan 2020 est en fait en demi-teinte : les gendarmes, qui sont obligés de « redoubler de vigilance pour éviter d’être mis en danger », constatent sur le terrain ces « évolutions défavorables ». « Il y a une hausse significative (+36 %) du nombre de défaut de contrôle technique, alerte le général Roland Zamora, commandant du groupement de gendarmerie de la Loire-Atlantique. Idem pour les défauts d’assurance (+40 %) et les conduites sans permis (+15 %). »

Selon le bilan de la préfecture, les forces de l’ordre constatent en moyenne, chaque jour, 16 infractions liées à l’utilisation de téléphones ou de GPS, cinq conduites sous stupéfiants, neuf suspensions de permis ou encore 42 excès de vitesse, hors radars automatiques. Sur ce dernier point, « les grands excès sont en hausse, avec par exemple des conducteurs qui veulent essayer leur voiture quand il y a un peu moins de circulation », précise François Drapé. Le record cette année est de 249 km/h sur une route limitée à 110 ! Il est détenu par un motard flashé près de Savenay, cet été.

Cette année encore, l’alcool a été la première cause des accidents mortels (plus d’un sur cinq), avec un taux moyen de 1,69 g/l, complète la préfecture dans son bilan. Le triste record s’établit à 4,23 g/l.