Saint-Malo : Un bar clandestin fermé après la diffusion d’un reportage sur TF1

TCHIN TCHIN Les patrons de ce bar malouin ouvraient régulièrement leur établissement à quelques habitués

C.A.

— 

Les patrons d'un bar clandestin de Saint-Malo avaient témoigné dans un reportage diffusé dans l'émission Sept à huit.
Les patrons d'un bar clandestin de Saint-Malo avaient témoigné dans un reportage diffusé dans l'émission Sept à huit. — Capture d'écran TF1

Ils doivent se mordre les doigts d’avoir accepté de témoigner. Les patrons d’un bar clandestin de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) qui avaient accepté de recevoir les caméras de TF1 ont vu leur établissement être fermé par les autorités, rapporte Le Pays Malouin. Ce couple présenté comme « Gérard et Mireille » ouvrait régulièrement son établissement à quelques habitués le soir, bravant l’interdiction imposée par l’épidémie de Covid-19. Même flouté, leur établissement aura été reconnu par les policiers malouins et par les habitués du coin, qui ont mené leur enquête.

Depuis, le bar-tabac a été contraint de fermer et ne peut plus ouvrir ses portes en journée comme il le faisait légalement pour vendre du tabac. Encore moins le soir pour des apéros pirate. Dans le reportage diffusé le 7 février dans l'émission Sept à Huit Life présentée par Harry Roselmack sur TF1, le couple expliquait avoir commencé à ouvrir clandestinement dès le premier confinement​. Leurs clients ? « Des commerçants, un juge, des retraités. Tous se plaignaient de solitude », explique le journaliste dans le reportage. Entrés par une porte dérobée, les habitués n’ont évidemment pas de masque et consomment leur verre de bière ou de vin avec une cigarette. « Ici, le vaccin, c’est le rosé et la nicotine », plaisante l’un d’entre eux.

Au-delà de la fermeture de l’établissement, les gérants risquent gros. Ils pourraient écoper d’une amende salée voire d’une peine d’emprisonnement pour avoir bravé les restrictions sanitaires. Ils ont été convoqués au commissariat.