Coronavirus : Un syndicat enseignant dénonce un assouplissement du protocole sanitaire dans les écoles

DISTANCE SOCIALE C’est déjà la troisième modification du protocole sanitaire scolaire en deux semaines, indique le SNUipp-FSU

R. G.-V.
— 
Lors d'un test dans une école de Paris. (illustration)
Lors d'un test dans une école de Paris. (illustration) — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP / POOL

Le SNUipp-FSU n’en peut plus des revirements du ministère de l’Education nationale sur le protocole sanitaire et le fait savoir. Le syndicat enseignant pointait samedi ce qu’il considère être un recul du ministère sur les variants : « Le nouveau protocole assimile désormais le variant anglais au cas général du Covid, reprenant la règle de trois cas confirmés pour fermer une classe. Quant aux variants sud africain et brésilien, ils n’entraîneront plus automatiquement la définition de cas contact pour les personnels. »

Le syndicat note que c’est déjà la troisième modification en deux semaines. « Les deux premières modifications avaient permis de mieux protéger en instaurant le principe de précaution comme règle notamment en cas de découverte de variant », précise le SNUipp-FSU. Et pour cause : le nombre de classe fermé a nettement augmenté lors du point hebdomadaire de l’Education nationale sur la question. Cela alors qu’une des trois zones était déjà en vacances scolaires depuis une semaine.

« Il ne suffit pas de casser le thermomètre pour faire baisser la fièvre. (…) Cet allégement du protocole va augmenter la circulation du virus dans les écoles et les familles », pense le syndicat. Ces derniers jours, en Moselle et dans le Nord, des départements très touchés par les nouveaux variants, des élues et élus ont demandé la fermeture des écoles. Ils n’ont pas été entendus par les autorités qui ont décidé, jusque-là, de suivre le calendrier scolaire comme prévu.