Coronavirus : Oui, une école américaine a bien installé des vitres dans ses salles de cours

FAKE OFF Une vidéo relayée sur Facebook est bien authentique

A.O.

— 

Du plexiglas (illustration).
Du plexiglas (illustration). — USA Today Network/Sipa USA/SIPA
  • Une vidéo relayée sur Facebook montre une salle de classe des plus classiques… à l’exception des vitres en plexiglas séparant chaque bureau individuel.
  • « Une prof filme la nouvelle salle de cours qui accueillera ses élèves aux USA à la rentrée des vacances scolaires… Peut-être en France aussi allons-nous vers ce genre de folie ? », s’alarme l’internaute qui la diffuse.
  • Ce dispositif a bien été installé dans plusieurs établissements scolaires de Caroline du Sud.

Des bureaux, des chaises… et du plexiglas à tout bout de champ. Sur Facebook, une vidéo relayée par un internaute dénonce le dispositif sanitaire qui aurait été mis en place dans une salle de classe outre-Atlantique.

« Une prof filme la nouvelle salle de cours qui accueillera ses élèves aux USA à la rentrée des vacances scolaires… Peut-être en France aussi allons-nous vers ce genre de folie ? C’est vraiment ce monde là que nous voulons pour nos enfants ? ! », s’interroge-t-il à propos de ces images montrant des bureaux cloisonnés individuellement par des barrières en plexiglas.

FAKE OFF

La vidéo, authentique, a bien été filmée aux Etats-Unis. Plus précisément fin janvier 2021 dans une école primaire de Caroline du Sud par Teresa Holmes, une enseignante qui interpellait ainsi la direction de l’établissement sur l’aspect pratique d’un tel dispositif, comme le note un article du média local WMBF News.

« Il y a 28 bureaux dans la salle. Si on reprend un rythme de 5 jours par semaine, avec la fin des cours à distance, il faudra en compter 30 ou 32. Voilà le milieu de la rangée du fond, voilà la vue qu’auront les élèves. Je ne suis pas sûre de pouvoir enseigner dans de telles conditions », l’entend-on lancer dans la vidéo.

Elle est loin d’être la seule à avoir formulé de telles réserves, puisqu’un groupe d’enseignants avait aussi relayé ses inquiétudes à la même époque et que des pétitions réclamaient la suppression de ces protections. Depuis, le groupe scolaire en question a cependant annoncé qu’il comptait généraliser ce dispositif dans tous ses établissements d’ici au 15 mars.