Saint-Valentin : « Encore plus amoureux qu’il y a vingt ans »… Depuis la crise sanitaire, ils ont renoué avec leur ex

LOVE ETC Les confinements, le couvre-feu et la réduction de la vie sociale ont été des facteurs qui ont facilité le redémarrage d’anciennes histoires d’amour

Delphine Bancaud

— 

Illustration d'un couple amoureux.
Illustration d'un couple amoureux. — Pixabay
  • Ces derniers mois ont été l’occasion pour des ex de se retrouver. Certains célibataires ont notamment cédé à la tentation de rappeler leur ancien conjoint, un peu par facilité.
  • Pour d’autres, la crise sanitaire leur a donné le temps de revisiter leur passé, de se poser des questions sur leur vie sentimentale et de regretter d’avoir perdu un ancien amour.
  • Selon Florence Lautrédou, psychanalyste et thérapeute du couple, ce retour de flamme ne peut fonctionner durablement que si chacun est capable de se remettre en question et de ne pas reproduire les schémas antérieurs.

Cette Saint-Valentin, ils vont la vivre de manière intense, car ils se sont donné une seconde chance. Ces derniers mois ont en effet été l’occasion pour des ex de se retrouver. Un coup du destin qu’ils n’avaient pas franchement prévu, largement facilité par la crise sanitaire. Car avec les confinements et le couvre-feu, les cafés et les restos fermés, difficile de faire de nouvelles rencontres.

Bien sûr, il y a les sites de rencontres : « Mais après quelques messages, les gens se voient généralement dans la rue pour discuter, avec un masque qui bloque leur expressivité. Et en raison du couvre-feu, ils ne peuvent pas dîner ensemble. Les conditions ne sont pas idéales pour nouer une nouvelle relation », constate Florence Lautrédou, psychanalyste et thérapeute du couple.

Une sécurité affective

La libido et le besoin de tendresse n’ont pas disparu pour autant, et certains célibataires ont cédé la tentation de rappeler leur ex, un peu par facilité. « C’est sécurisant affectivement, surtout en cette période où tous nos repères sont troublés. D’autant que son ex, on l’a rencontré dans le monde d’avant le coronavirus, ce qui lui confère une dimension de liberté. Et pour beaucoup, mieux vaut une relation avec quelqu’un que l’on connaît, même s’il nous a déçu, que de rester seuls pendant cette période », analyse Florence Lautrédou.

C’est ce qui est arrivé à Marie, qui a répondu à notre appel à témoins et qui a renoué avec son ex-mari : « Il a trouvé des prétextes pour venir chez moi et la solitude du confinement aidant, je l’ai laissé petit à petit revenir vers moi. Au début, il s’agissait de discussions de quelques minutes, qui ont évolué en apéro, puis en dîner et plus si affinités. Depuis trois mois, rares sont les soirées que nous ne passons pas ensemble, l’un chez l’autre. Nous rêvons parfois de nous réinstaller ensemble et de reprendre la vie familiale que nous n’aurions pas dû cesser », confie-t-elle.

Pour Elodie, le hasard a bien fait les choses, car elle a retrouvé son ex sur un site de rencontres pendant le confinement : « Nous n’étions plus en contact depuis trois ans et demi. Il m’a envoyé un message et nous nous sommes reparlé, de temps en temps puis de plus en plus régulièrement. Nous nous sommes revus plusieurs fois avant de nous remettre ensemble, et même maintenant de vivre ensemble, car nous sommes devenus inséparables. »

Revisiter son passé avec un regard plus conciliant

Ces derniers mois ont été aussi l’occasion pour de nombreux célibataires de se consacrer davantage à leur vie intérieure, de revisiter leur passé et de se poser des questions sur leur vie sentimentale. « Cette période invite à l’introspection et à revenir à l’essentiel. Beaucoup de personnes ont mûri, se sont remises en cause et ont envie de s’investir dans une relation plus sérieuse. Certains ont compris que leur ex leur manquait et que la rupture avait été sans doute une erreur », observe Florence Lautrédou. Kevin a vécu ce retour en arrière salvateur : « Après une séparation difficile il y a trois ans avec ma copine, nous avons beaucoup réfléchi chacun de notre côté. Nous avons pris le temps d’évoluer, avec des vies et des expériences différentes. Le confinement nous a finalement fait réaliser que nous avions besoin de reprendre contact. Nous sommes heureux et nous envisageons de prendre un appartement. »

Laurent éprouvait aussi ce goût d’inachevé avec son ex-femme : « Au bout de sept ans de silence, nous avons pu discuter de notre séparation et ainsi chasser les vieux démons pour aller de l’avant. Je suis très heureux de cette nouvelle relation qui permet de nous apprécier de nouveau et de constater que la vie l’un sans l’autre n’était pas si intéressante. »

« Nous n’avons jamais été aussi heureux et amoureux »

Et ce retour de flamme semble faire planer ceux qui se sont laissés brûler. Comme Estelle, qui a retrouvé son ex vingt ans plus tard, en reprenant contact avec lui sur Facebook : « Après quelques messages, nous nous sommes revus le soir même. Nous avons gardé contact et au fur et à mesure, nous sommes retombés amoureux encore plus qu’il y a vingt ans. Cela fait plus de six mois. Nous avons plein de projets. » Même enthousiasme chez Antoine : « Cette période nous a donné envie de retenter notre chance. Le télétravail nous aide beaucoup, car il est plus facile de se déplacer pour se voir. Tout se passe bien depuis, nous avons prévu de passer les vacances de février ensemble, notamment pour la Saint-Valentin ! »

La déception d’hier est regardée sous un nouveau jour : « La période permet parfois de considérer les défauts de l’autre avec plus de mansuétude, de s’interroger sur le bien-fondé d’une rupture et de revoir ses exigences amoureuses », analyse Florence Lautrédou.

Les vieux démons reviennent... parfois

Reste que ce retour à ses anciennes amours n’est parfois qu’éphémère. Comme le raconte Jessica. « Ça s’est passé au tout début du confinement. On était séparés depuis deux semaines et le fait d’être confinée et loin de lui m’inquiétait encore plus. J’étais encore très amoureuse et voulais être là s’il lui arrivait quelque chose. On a recommencé et ça a duré jusqu’en juin. Mais les mauvaises habitudes revenaient. Donc je suis partie définitivement cette fois-ci. »

John-Lewis a connu la même désillusion : « On s’est rapproché en août. Nous avons fait des concessions, par amour pour notre bébé. Puis le deuxième confinement est arrivé, la situation était de plus en plus morose et pesante. Nous sommes de nouveau séparés. Les vieux démons sont revenus. » Car pour Florence Lautrédou, il n’y a pas de miracle : « Une deuxième chance, ça se travaille. Si le couple reste bloqué sur ces anciens dysfonctionnements, ça ne marche pas. Il faut savoir moderniser sa relation et la faire évoluer dans un contexte nouveau. »