Coronavirus à Toulouse : Incidence, variants, créneaux de vaccination… Où en est l’épidémie ?

PANDEMIE Les chiffres de l'épidémie et la tension hospitalière sont élevés à Toulouse où l'évolution de la situation reste incertaine alors que de nouveaux créneaux de vaccination se débloquent

Hélène Ménal

— 

La place du Capitole sous couvre-feu, à Toulouse. Illustration.
La place du Capitole sous couvre-feu, à Toulouse. Illustration. — F. Scheiber - Sipa
  • Le taux d’incidence du Covid-19 à Toulouse est de 305 cas pour 100.000 habitants, très supérieur à la moyenne nationale.
  • Le CHU est en situation tendue et commence à déprogrammer certaines activités.
  • La préfecture annonce que de nouveaux créneaux de rendez-vous pour la vaccination du public prioritaire doivent ouvrir ce jeudi.

Les chiffres de circulation du Covid-19 dans la Ville rose et en Haute-Garonne, même s’ils ont eu tendance à baisser légèrement au cours de semaine écoulée, restent très élevés comparés au reste de la région Occitanie et à la moyenne nationale. Selon l'agence régionale de Santé, le taux d’incidence est de 305,7 cas pour 100.000 habitants à Toulouse, de 273 pour la métropole et de 252 pour le département contre 203 en Occitanie et 206 dans l’Hexagone. « L’incidence a commencé à se stabiliser mais des inquiétudes persistent sur la montée en puissance des variants, avec la crainte qu’elle contredise rapidement cette évolution », explique Pierre Ricordeau, le délégué général de l’ARS.

Muriel Alvarez, infectiologue au CHU, indique qu’il y a des cas de variant britannique (V1) parmi les patients hospitalisés « sans que ça ait aucun effet sur la manière dont on les prend en charge, ni sur les thérapeutiques, ni sur leur gravité ». Par ailleurs deux cas de variant sud-africain (V2) ont également été détectés en Haute-Garonne, « chez deux voyageurs », sans nécessiter d’hospitalisation.

Retour des déprogrammations au CHU

Avec 800 nouvelles hospitalisations par semaine en Occitanie et plus de 150 entrées en réanimation, l’impact de l’épidémie sur le système de soins se fait de plus en plus fort. En particulier en Haute-Garonne, qui concentre selon Pierre Ricordeau « le quart des nouvelles hospitalisations et le tiers des nouvelles réanimations ». Depuis le début de semaine, le CHU de Toulouse est donc officiellement au stade 4, le niveau le plus fort de mobilisation, « ce qui conduit très concrètement à des déprogrammations d’activités ». Ce taux de report des interventions non urgentes est pour l’heure de 20 % au CHU.

De nouveaux créneaux de vaccination dès ce jeudi

Conformément aux consignes nationales, la Haute-Garonne sécurise ses doses, y compris pour la deuxième injection du vaccin Pfizer. « Il n’y a pas de rendez-vous s’il n’y a pas de dose », insiste le préfet Etienne Guyot qui appelle aussi les personnes prioritaires à ne pas prendre plusieurs rendez-vous dans des centres différents.

Alors, faut-il insister au 0 809 54 19 19 ou se connecter frénétiquement à la plateforme www.keldoc.com ? La réponse est oui. : « Dès ce jeudi, de nouveaux créneaux de rendez-vous pour les publics prioritaires vont être ouverts », annonce la préfecture « A peu près 20.000 nouveaux rendez-vous de premières injection devraient pouvoir être ouverts jusqu’à fin mars », ajoute l’ARS. Sans compter les 6.000 créneaux réservés aux professionnels de santé de moins de 65 ans, grâce à l’arrivée de doses AstraZeneca.

Enfin, en dehors de quatre Ehpad en situation de cluster, tous les résidents des maisons de retraite de la Haute-Garonne qui le souhaitaient, soit quelque 10.000 personnes, ont pu commencer à être vaccinés.