#SciencesPorcs : « Nous allons aider les IEP à accompagner les victimes pour qu’elles aillent porter plainte », assure Frédérique Vidal

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a reçu ce mercredi les directeurs des Instituts d’études politiques (IEP) à la suite des récents témoignages de violences sexuelles subies par les étudiantes

Delphine Bancaud

— 

Une étudiante entrant dans un IEP, le 9 février 2021.
Une étudiante entrant dans un IEP, le 9 février 2021. — AFP
  • Depuis lundi, les témoignages d’étudiantes d’Instituts d’études politiques affluent sur Twitter pour dénoncer des viols et agressions sexuelles survenus dans leurs écoles.
  • Une enquête préliminaire a été ouverte pour viol à Toulouse, deux pour agressions sexuelles à Grenoble et un signalement à la justice à Strasbourg.
  • Frédérique Vidal et Elisabeth Morano ont tenté ce mercredi d’apporter une première réponse.

Une première réponse à une crise d’ampleur. La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et la ministre déléguée à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Elisabeth Moreno, ont reçu ce mercredi les directeurs des Instituts d’études politiques (IEP). « Nous allons aider les IEP à accompagner les victimes pour qu’elles aillent porter plainte », a déclaré Frédérique Vidal à l’issue de cette rencontre.

Les IEP ont été touchés depuis lundi par de nombreux témoignages d’étudiantes faisant état de violences sexuelles : une enquête préliminaire a été ouverte pour viol à Toulouse, deux pour agressions sexuelles à Grenoble et un signalement à la justice à Strasbourg. Ces étudiantes se disant victimes ou témoins de violences sexuelles, y compris de viols, ont multiplié les messages sur Twitter depuis lundi avec le hashtag #sciencesporcs. Ces témoignages reprochent aussi aux directions de ces établissements leur silence et l’impunité dont bénéficieraient les auteurs de ces actes, étudiants ou professeurs.

« Il faut ouvrir plusieurs canaux pour qu’elles osent s’exprimer »

Cette mobilisation intervient quelques semaines après la démission choc d’Olivier Duhamel de la présidence de la Fondation nationale des Sciences politiques (FNSPF, qui chapeaute l’IEP de Paris), accusé d’inceste sur son beau-fils. : le directeur de Sciences Po Paris, Frédéric Mion, a présenté mardi soir sa démission après avoir été critiqué car il a reconnu avoir été au courant des accusations à l’encontre d’Olivier Duhamel.

Des cellules d’écoute pour les victimes existent déjà « dans neuf ou dix IEP », explique Elisabeth Moreno. « Mais parfois, les victimes n’osent pas parler. Donc il faut ouvrir plusieurs canaux pour qu’elles osent s’exprimer », poursuit-elle. « Je vais demander à l’inspection générale d’aller dans les IEP pour observer les dispositifs déjà en place », a déclaré Frédérique Vidal. Les ministres veulent notamment faciliter l’accès des étudiants aux associations d’aide aux victimes et « former les personnels pour qu’ils sachent repérer ces situations » et qu’ils puissent mieux accompagner les victimes juridiquement.