Coronavirus : Le financement participatif crève le plafond en 2020 avec l’épidémie

CAGNOTTE Les dons sont passés de 80 millions d’euros en 2019 à… près de 220 millions d’euros l’an dernier

20 Minutes avec AFP

— 

La Maison du crowdfunding de Kiss kiss bank bank, en 2016. (archives)
La Maison du crowdfunding de Kiss kiss bank bank, en 2016. (archives) — BERTRAND GUAY / AFP

Les dons sur les plateformes de financement participatif ont plus que doublé l’an dernier, dynamisés selon une étude par un mouvement sans précédent de solidarité notamment envers les professionnels de la santé en pleine pandémie de Covid-19. Les dons ont culminé à 218,5 millions d’euros en 2020 sur les plateformes numériques contre environ 80 millions une année auparavant, selon le baromètre 2020 du crowdfunding en France publié ce mercredi par Financement Participatif France (FPF) et le cabinet Mazars.

Ces plateformes de financement participatif, ou « crowdfunding », au rang desquelles Kiss Kiss Bank Bank ou Ulule, servent à faire financer des projets par des dons des internautes ou des prêts rémunérés. Le volume des dons consacrés à la catégorie « Santé, recherche scientifique » est passé de 2,7 millions d’euros en 2019 (tous financements participatifs confondus) à 15 millions d’euros l’an dernier. Celui des dons dans la catégorie « Humanitaire et Solidaire », de 11,8 à 51,8 millions d’euros.

« L’écosystème s’est montré robuste et agile »

« Il y a un effet d’actualité évident », souligne Bertrand Desportes, associé chez Mazars, l’année 2020 ayant été très marquée par la pandémie de Covid-19 et des pénuries de matériel médical en première partie d’année. Les campagnes de collecte sont allées soutenir « des hôpitaux, des services d’urgences, le personnel médical », souligne Bertrand Desportes, et ont servi à « financer par exemple l’acquisition de respirateurs et de masques », durant la première vague au printemps 2020.

Parmi les exemples cités dans l’étude, une opération visant à livrer 12.000 repas aux soignants en première ligne, qui a permis de récolter, avec plusieurs autres projets, 1,6 million d’euros, et la livraison en Corse de matériel médical, dont des respirateurs, ayant permis de récolter plus de 100.000 euros sur la plateforme participative locale Move. Egalement liés à la pandémie, les dons aux secteurs « Spectacle vivant » et « Audiovisuel – musique » ont été « alimentés par la solidarité » alors que ceux-ci ont subi les fermetures obligatoires.

Dans l’ensemble, « l’écosystème s’est montré robuste et agile » et « a traversé la crise avec brio », se félicite Bertrand Desportes. La totalité du secteur du financement participatif, incluant les dons, les prêts aux entreprises et les investissements, a dépassé pour la première fois la barre du milliard d’euros sur un an, soit une hausse de 62 % sur un an.