Repas à un euro : Oui, un étudiant s’est bien vu servir une maigre portion de pâtes à Metz

FAKE OFF Sur Twitter, un internaute s'indigne du contenu de son plateau, le Crous Lorraine évoque une possible « anomalie exceptionnelle de fabrication »

Alexis Orsini

— 

Le restaurant universitaire Mabillon, à Paris, le 9 février 2021.
Le restaurant universitaire Mabillon, à Paris, le 9 février 2021. — Jeanne Accorsini/SIPA
  • Pour répondre à la précarité étudiante, aggravée par la pandémie de coronavirus, le gouvernement a mis en place, depuis fin janvier, des repas à 1 euro dans les restaurants universitaires.
  • Relayée sur Twitter, la photo d’une bouteille d’eau, un yaourt et un peu plus de 200 grammes de raviolis de bœuf a toutefois été publiée pour dénoncer la maigre portion de nourriture vendue aux étudiants dans ce cadre.
  • Si ce cliché a bien été pris dans un restaurant universitaire de Metz, le Crous Lorraine évoque une possible « anomalie exceptionnelle de fabrication ».

C’est l'une des mesures phares du gouvernement pour venir en aide aux étudiants durement touchés par la crise sanitaire et économique du Covid-19 : la mise en place, depuis la fin janvier 2021, de repas à 1 euro dans les différents restaurants universitaires de l’Hexagone – alors que ce dispositif avait été lancé en septembre pour les seuls étudiants boursiers.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, se réjouissait ainsi, il y a quelques jours, de comptabiliser « 500.000 repas [à 1 euro] emportés par les étudiants depuis le 25 janvier ».  Ce mardi, lors d’une visite dans un Crous (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) parisien, elle se félicitait de « voir à nouveau les étudiants déjeuner ensemble dans les restaurants universitaires ».

Pourtant, un tweet mis en ligne par un internaute le 8 février a de quoi interroger sur le qualificatif de « repas ». « 3 heures de queue au Crous de Metz pour ce repas qui pèse 200 g. Frédérique Vidal et le gouvernement, vous vous foutez de notre gueule avec vos repas à 1 euro ? », s’indigne un utilisateur du réseau social dans un message accompagné de la photo d’une petite boîte de raviolis, d’un yaourt et d’une bouteille d’eau. Et l’auteur du tweet d’ajouter dans la foulée : « Ce repas, avec le yaourt, fait 400 kcal. Pour un homme les apports recommandés sont de 2400 kcal par jour. C’est juste scandaleux. »

FAKE OFF

« A Metz, on dispose normalement d’un restaurant universitaire assez grand, doté de quatre îlots, qui propose des repas avec entrée, plat et dessert pour 3,30 euros, explique à 20 Minutes l’auteur de la photo, Florian, étudiant dans la région Grand-Est. Mais il a fermé pour le deuxième confinement et, depuis, on devait aller dans un autre restaurant universitaire à proximité, qui relève plus de la cafétéria pour employés, où on avait droit à des paninis ou des sandwichs avec une compote et un fruit pour le même prix. »

« Mais depuis que les repas sont passés à 1 euro, il y a beaucoup plus de monde, et chacun prend deux repas, pas un pour le midi et un pour le soir, mais juste pour le midi, vu que ce n’est pas suffisant pour le déjeuner. Hier, l’un des îlots du grand restaurant universitaire a rouvert, mais ils ne font rien d’autre que ces raviolis au bœuf, des parts de pizzas – alors qu’on avait des pizzas entières avant –, des paninis et sandwichs, et des barquettes de poulet basquaise, avec deux ou trois bouts qui se battent en duel », déplore-t-il. Florian souligne que seules quatre personnes sont affectées au service des « 500 personnes environ » qui viennent prendre un repas pendant « le rush du midi ».

Un repas constitué de pâtes, d’un sandwich ou d’une part de pizza

Joint par 20 Minutes, le Crous Lorraine indique avoir « mis en place les repas à 1 euro dans un contexte sanitaire exceptionnel » et « renforcé [son] service de vente à emporter (VAE), seule possibilité actuelle de distribution pour assurer [sa] mission de service public »

« À ce jour, les structures de VAE sur l’ensemble du territoire proposent les formules à 1 euro, deux fois par jour. Elles comportent un plat (plat du jour, sandwich, panini, wrap, part de pizza ou encore des pâtes faites maison) ainsi qu’un dessert (compote, yaourt ou fruit) et une bouteille d’eau », poursuit-il. Le Crous Lorraine estime que l’étudiant à l’origine de la photo a pu être victime « d’une anomalie exceptionnelle de fabrication » : « Nos pâtes faites maison sont vendues en portion allant de 250 à 300 g (soit en moyenne 190 kcal pour 100 g + 125 kcal pour un yaourt = 695 kcal). Cela représente 1/3 de l’apport calorique journalier sur une base de 2000 kcal. »

Si Florian estime pour sa part que les raviolis en question semblent plutôt être des « produits surgelés auquel on a ajouté de la sauce et quelques grammes de fromage », le Crous Lorraine indique être « toujours à l’écoute des étudiants si ceux-ci constatent une anomalie » de ce type et avoir « bien entendu alerté [ses] équipes de fabrication pour accentuer leur vigilance ».