PMA pour toutes : « C’est lamentable »… Les associations LGBT furieuses après le rejet de l’article par les sénateurs

BIOETHIQUE L'Assemblée, qui l'avait voté en première lecture, pourra rétablir l'article

20 Minutes avec AFP
— 
Le Sénat français, à Paris, le 13 octobre 2020.
Le Sénat français, à Paris, le 13 octobre 2020. — Bertrand GUAY / AFP

C’était pourtant la mesure phare du projet de loi bioéthique. Ce jeudi, alors que le Sénat a rejeté l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux célibataires, les associations LGBT, furieuses, montent au créneau.

Le Sénat à majorité de droite a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi le projet de loi de bioéthique, amputé de sa mesure emblématique, l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Cette disposition pourra toutefois être rétablie par les députés. « C’est absolument lamentable, a réagi Véronique Cerasoli, de SOS Homophobie. Au 4 février, il n’y a donc plus de PMA pour toutes. L’article 1 est rejeté. On a passé un cap. »

Promesses successives

« Derrière ça, il y a des femmes baladées depuis des années de débats en débats, ponctués de manifestations des opposants à l’extension de la PMA. C’est du mépris, une insulte envers les femmes lesbiennes qui attendent la PMA depuis si longtemps », a-t-elle ajouté.

L’ouverture de la PMA à toutes les femmes était une promesse du président François Hollande (2012-2017) puis d’Emmanuel Macron. Depuis un an, le texte a pris du retard en raison de la crise sanitaire. Pour Nicolas Faget de l’association des parents gays et lesbiens (APGL), « il y a un manque d’ambition politique derrière ce qui s’est passé au Sénat ». « La PMA pour toutes était une promesse d’Emmanuel Macron mais on ne l’a pas entendu sur le sujet depuis plus de deux ans. C’est le moment de l’entendre », a-t-il plaidé.

« Leçon de patriarcat »

« L’Assemblée va rétablir le texte, donc on ne s’en fait pas trop », précise Nicolas Faget. « Mais que le Sénat instrumentalise les familles pour une guéguerre politique, c’est ignoble. C’est dégueulasse de jouer avec les espoirs des familles », s’est-il emporté.

« Non seulement l’avancée fondamentale que représente la PMA pour de nombreuses femmes a été supprimée mais les sénateurs avaient préalablement honteusement écarté les femmes seules », a déploré pour sa part Bénédicte Blanchet, de l’association Mam’ensolo. « C’est une superbe leçon de patriarcat de la part d’hommes non intimement concernés par le sujet, manifestement non informés, et attachés à une vision traditionaliste plus du tout actuelle de la famille », a-t-elle poursuivi.

Le Sénat « joue avec les nerfs des Françaises », appuie dans un communiqué l’association Les Enfants d’Arc en Ciel. « De nombreuses femmes attendent cette loi. Imaginez leur sentiment en apprenant que le Sénat ne leur accorde pas l’accès à la PMA ! ». A l’opposé, l’organisation conservatrice La Manif pour tous s’est félicitée du « coup d’arrêt pour la PMA sans père ». « La mobilisation a payé ! Le succès des manifestations organisées par La Manif pour tous (…) a poussé les sénateurs à réécrire le projet de loi de fond en comble », selon un communiqué.