Le câble géant de Google relie désormais la France aux Etats-Unis sous l'Atlantique

NUMERIQUE Long de 6.600 kilomètres, le câble ultra puissant de Google relie la Vendée à la Virginie (Etats-Unis) en passant sous l'océan

Frédéric Brenon (avec AFP)

— 

Le géant américain de l'Internet et des technologies a son siège en Californie.
Le géant américain de l'Internet et des technologies a son siège en Californie. — Marcio Jose Sanchez/AP/SIPA
  • Le câble de fibre optique de Google va de la France aux Etats-Unis.
  • Il permet une vitesse de transmission de 250 terabits par seconde, soit presque dix fois plus que la moyenne des câbles sous-marins.

Il s’appelle Dunant, en « l’honneur du Suisse Henry Dunant, fondateur de La Croix-Rouge et premier prix Nobel de la paix ». Le câble privé sous-marin de Google, qui relie la France aux Etats-Unis en passant au fond de l’Océan Atlantique, est désormais entré en service, annonce ce mercredi le groupe américain.

Longue de 6.600 kilomètres, cette connexion en fibre optique s’étire de Virginia Beach (Virginie) à Saint-Hilaire-de-Rietz (Vendée). Elle sera exploitée en partenariat avec l’opérateur français Orange. Ce dernier bénéficiera de deux des douze paires de fibres optiques du nouveau câble, le reste revenant à Google.

Une capacité record

« Dunant est le premier câble sous-marin longue distance à être doté d’un multiplexage à division spatiale (MDS) à 12 paires de fibres. Il offrira une capacité record de 250 térabits par seconde (Tbps) à travers l’océan, assez pour transmettre l’équivalent de l’intégralité de la bibliothèque numérisée du Congrès américain trois fois par seconde », explique Google. « A lui seul, Dunant représentera la moitié de la capacité installée sur l’Atlantique », avait indiqué en mars, Jean-Luc Vuillemin, directeur réseaux et services internationaux d’Orange.

Les travaux, qui ont nécessité la création de stations sous-marines au large des côtes de Vendée et de Virgnie, ont duré près d'un an.

Les géants d’Internet tissent leur toile

La pose et l’exploitation des câbles sous-marins, par lesquels passe la quasi-totalité du trafic Internet mondial, ont longtemps été l’apanage de grands opérateurs du secteur des télécoms réunis en consortiums. Mais les géants d’Internet (Google, Facebook, Microsoft) sont en train de devenir les nouveaux bâtisseurs de ces infrastructures capitales.

« Il s’agit de servir nos besoins internes et ceux de nos clients qui utilisent nos services de cloud [services d’informatique dématérialisés, dont Google est devenu un poids lourd mondial] », explique Fabien Vieau, directeur infrastructure au sein de Google.