Coronavirus en Ile-de-France : Entre 15 et 20 % de variants parmi les cas recensés en Ile-de-France ?

PANDEMIE Selon le président de la commission médicale de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, le taux de variants enregistré a fortement augmenté au cours du mois de janvier

C.P.
— 
Selon Rémi Salomon 15/20% des nouveaux cas seraient liés au variant
Selon Rémi Salomon 15/20% des nouveaux cas seraient liés au variant — Caroline Politi/20 Minutes
  • Le président de la commission médicale de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a indiqué ce mardi que les derniers résultats sur la présence des variants du Covid-19 « ne sont pas bons » dans la région Ile-de-France.
  • « Il va y avoir une accélération de l’épidémie si on ne fait significativement rien de plus », a-t-il mis en garde.
  • Il appelle à la fermeture des écoles pendant « trois semaines-un mois ».

Le calme avant la tempête ? Alors que depuis quelques jours le rythme des nouvelles contaminations en Ile-de-France semble sur un (très haut) plateau, le président de la commission médicale de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a indiqué ce mardi que les derniers résultats sur la présence des variants du Covid-19 « ne sont pas bons » dans la région.

« On était plutôt aux alentours de 6 % le 7 janvier et on est monté à 15-20 % la semaine dernière », a-t-il précisé sur Franceinfo. Et d’insister : le variant anglais étant « 40 à 70 % plus contagieux, il va y avoir une accélération de l’épidémie si on ne fait significativement rien de plus (…). »

Evolution du variant

Ces données pourraient-elles remettre en cause la stratégie gouvernementale ? Vendredi, sans écarter la thèse d’un futur reconfinement, le Premier ministre Jean Castex a indiqué que l’évolution de l’épidémie permettait de se donner un « peu de temps ». Des mesures insuffisantes selon le président de la commission médicale de l’AP-HP qui appelle à la fermeture des écoles pendant « trois semaines-un mois ». « Même si on a l’impression que [la courbe épidémique] se tasse un peu, c’est une fausse bonne nouvelle, a-t-il estimé. Il y a derrière ça une circulation très intense du virus. Mes collègues à Marseille sont à 30-40 % de déprogrammation. »

Les derniers chiffres officiels datent de la première enquête Flash, réalisée les 6 et 7 janvier. 6,9 % des cas recensés en Ile-de-France étaient alors dus au variant « anglais », d’après le dernier rapport hebdomadaire de Santé publique France. La semaine dernière, une nouvelle enquête a été menée afin d'évaluer l'évolution du variant dont les résultats ne seront disponibles que la semaine prochaine. Le 26 janvier, l’AP-HP avait indiqué que 10 % des cas dépistés entre le 11 et le 21 janvier étaient liés à ce variant.