Coronavirus : Frontalier ou résident, qui doit présenter un test négatif pour revenir d'Andorre ou pour s'y rendre ?

DEPLACEMENTS Depuis ce dimanche, des tests PCR sont demandés pour un retour en France, hormis certaines exceptions pour les résidents, les frontaliers et les transporteurs

B.C.

— 

Lors d'un contrôle à la frontière entre la France et l'Andorre en période de crise Covid-19 (illustration).
Lors d'un contrôle à la frontière entre la France et l'Andorre en période de crise Covid-19 (illustration). — REMY GABALDA / AFP
  • La circulation entre la France et l’Andorre est soumise depuis ce dimanche à de nouvelles conditions d’entrée.
  • Si aucun test PCR négatif n’est demandé pour aller en Andorre sur motifs impérieux, ce n’est pas le cas dans le sens inverse.
  • Mais des dérogations existent, notamment pour les frontaliers, résidents et transporteurs.

« Toute entrée en France et toute sortie de notre territoire à destination ou en provenance d’un pays extérieur à l’Union européenne sera interdite sauf motif impérieux », annonçait vendredi soir le Premier ministre. Comme Monaco ou le Vatican, l’Andorre n’appartient pas aux pays de l’Union, mais elle est assimilée en ce qui concerne les dispositions sanitaires à respecter.

De fait, samedi une queue impressionnante s’est formée pour accéder au Pas-de-la-Case, les visiteurs ayant peur de ne plus pouvoir y accéder le lendemain, lors de l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation d’accès.

Or les frontières restent bien ouvertes ce lundi. S’il est possible de se rendre dans la Principauté, aucun test PCR négatif n’étant demandé à la frontière, c’est pour revenir en France que cela s’avère plus périlleux.

Le décret publié ce dimanche par les autorités françaises prévoit désormais l’obligation de présenter un test PCR négatif pour les plus de 11 ans, et datant de maximum 72 h, pour toute personne en provenance de l’Andorre et voulant accéder au territoire français.

Des exceptions à la règle

Cette mesure prévoit toutefois des dérogations pour les transporteurs, les résidents et les frontaliers qui résident dans un rayon de 30 km autour de la frontière. Leur déplacement devra durer moins de 24 heures et être justifié par un document.

En ce sens, le gouvernement andorran tient à souligner que la frontière franco andorrane n’est pas fermée : elle reste ouverte mais les nouvelles règles de contrôle sanitaire s’appliquent. « Les résidents d’Andorre pourront voyager en Occitanie sans test virologique uniquement pour des raisons justifiées, ils n’auront pas à présenter de test négatif pour des raisons de santé et les situations médicales dûment justifiées ou en cas de circulation pour les étudiants », précise-t-il sur son site.

Pour tous les autres résidents de la Principauté, il faudra donc présenter un test virologique négatif. Mais les autorités andorranes ont demandé à la France d’inclure les tests TMA, la technologie la plus utilisée en Andorre, qui permet d’avoir une réponse plus rapidement.