Lyon : Opposants à la PMA et féministes séparés par les forces de l'ordre

MANIFESTATION Dimanche après-midi à Lyon, les forces de l’ordre ont vite réagi pour éviter la confrontation physique entre les opposants au projet de loi bioéthique et ses partisans

C.G. avec AFP

— 

Manifestation contre l'ouverture de la PMA prévue dans la loi de bioéthique
Manifestation contre l'ouverture de la PMA prévue dans la loi de bioéthique — KONRAD K./SIPA

Des heurts ont opposé partisans et opposants du projet de loi bioéthique, dimanche après-midi à  Lyon. Les forces de l’ordre ont dû les séparer, a-t-on appris auprès de la préfecture du Rhône qui précise que les policiers n’ont pas fait usage de gaz lacrymogène, contrairement à ce qu’affirmait l’AFP.

Entre 1.250 (selon les autorités) et 3.000 personnes (selon les organisateurs) ont défilé dans le centre-ville. Ils se sont retrouvés à un moment face à face avec des contre-manifestants, notamment féministes, au nombre de 350, toujours selon la préfecture.

Une « fabrique des bébés payés par les Français »

Les forces de l’ordre ont vite réagi pour éviter la confrontation physique. Aucun blessé n’est à déplorer.

Les manifestants, proches de la Manif pour tous, ont défilé derrière un bébé géant de quatre mètres de haut, couvert d’un code-barres et destiné à symboliser la « fabrique des bébés payés par les Français », comme le disait une banderole de tête. Ils répondaient à l’appel d’un collectif réunissant notamment La Manif pour tous et Générations avenir et luttant contre la procréation médicalement assistée (PMA) sans père et la gestation pour autrui (GPA).

D'autres manifestations se sont tenus, notamment à Rennes, Angers et Paris. Environ un millier de personnes ont manifesté dans le calme dimanche devant le ministère de la Santé à Paris contre le projet de loi bioéthique, à l'appel du mouvement associatif «Marchons Enfants!», a constaté l'AFP.

«La paternité ce n'est pas une option, et la maternité n'est pas une prestation» ou encore «Macron, ta loi, on n'en veut pas» étaient chantés par les manifestants, pour beaucoup venus en famille. Sur des petits drapeaux rouges ou verts tenus par tous les manifestants, on pouvait lire notamment «démocratie confinée, projet de loi à retirer».

Le projet de loi bioéthique et sa mesure phare, l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, reviendra à partir du mardi 2 février, en deuxième lecture, devant le Sénat dominé par l’opposition. Plusieurs manifestations ont déjà eu lieu à travers la France samedi.