Rapport Stora: Des femmes et filles de harkis s'opposent à la panthéonisation de Gisèle Halimi

GUERRE D'ALGERIE L’entrée au Panthéon de l’avocate, figure féminine d'opposition à la guerre d'Algérie, est l’une des propositions de l’historien Benjamin Stora dans son rapport pour tenter d'apaiser les divergences et fractures mémorielles de la société française sur le sujet

20 Minutes avec AFP

— 

Gisèle Halimi le 14 novembre 2003.
Gisèle Halimi le 14 novembre 2003. — JACK GUEZ / AFP

Un collectif de femmes et de filles de harkis, auxiliaires de l'armée française lors de la guerre d'Algérie, s'oppose à l'éventuelle entrée au Panthéon de l'avocate Gisèle Halimi, qui s'était mobilisée en faveur des militants indépendantistes algériens.

«Nous nous élevons de manière unanime, forte et déterminée, contre la proposition émise par (l'historien) Benjamin Stora de +l'entrée au Panthéon de Gisèle Halimi, grande figure féminine d'opposition à la guerre d'Algérie+», écrivent une cinquantaine de femmes dans une tribune publiée jeudi dans le quotidien Le Figaro.

Une panthéonisation préconisée par Benjamin Stora

Le Panthéon, situé au coeur de Paris, accueille de grands personnages de l'Histoire de France, du chef de la Résistance à l'occupant nazi Jean Moulin à la scientifique Marie Curie. Gisèle Halimi, décédée le 28 juillet 2020, a été l'un des principaux avocats des militants du Front de libération nationale (FLN). Elle dénonça aussi l'usage de la torture par les militaires français en Algérie.

Benjamin Stora, éminent spécialiste de la guerre d'Algérie (1954-1962), a remis le 21 janvier au président Emmanuel Macron un rapport préconisant différentes mesures pour tenter d'apaiser les divergences et fractures mémorielles de la société française sur le sujet, qui reste douloureux pour des millions de Français.

La situation des harkis réduite à « la portion congrue » ?

D'après les signataires de la tribune, Gisèle Halimi a «affiché en plusieurs occasions son mépris pour les harkis», notamment sur la radio France Inter, le 3 mai 2010, quand elle avait expliqué qu'elle appelait «femmes harkis» les femmes qu'elle considérait comme «ennemies de la femme». «Les femmes harkis, malheureusement, cela existe», a aussi assené l'avocate, selon la tribune.

«Est-ce ainsi que Benjamin Stora veut favoriser la réconciliation ?» demandent les signataires, critiquant aussi le reste du rapport, à l'instar d'autres organisations de harkis,

Benjamin Stora propose la création d'une commission «Mémoires et Vérité», dont l'objectif est de réussir à apaiser ces mémoires douloureuses en France, mais aussi d'oeuvrer à la normalisation des relations entre Paris et Alger, toujours volatiles.

Il préconise notamment de faciliter les déplacements des harkis -- considérés par certains Algériens comme des traîtres collaborateurs -- et de leurs enfants entre la France et l'Algérie.