C’est l’heure du BIM : Conseil de défense, Sanofi aide Pfizer et discussion franche Biden-Poutine

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

X.M.

— 

Emmanuel Macron à l'Elysée, le 26 janvier 2021.
Emmanuel Macron à l'Elysée, le 26 janvier 2021. — Francois Mori/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

La question du confinement au menu du conseil de défense ce mercredi

La question d’un troisième confinement sera au cœur des réflexions lors du conseil de défense Covid-19 qui se tient ce mercredi à l’Elysée. Il ne devrait cependant pas déboucher sur une annonce, le gouvernement se laissant quelques jours pour trancher sur de nouvelles restrictions acceptables pour les Français. L’exécutif attend en effet de pouvoir examiner les résultats de deux études d’impact : l’une sur le couvre-feu à 18 heures, l’autre sur la progression des variants du virus, dont les données complètes sont attendues vendredi.

Sanofi va aider à conditionner les vaccins de Pfizer et BioNTech

Faute de pouvoir pour l’instant proposer son propre vaccin contre le Covid-19, Sanofi va mettre en flacon celui de ses concurrents Pfizer et BioNTech et conditionner plus de 100 millions de doses cette année. Dans un entretien au Figaro, Paul Hudson, directeur general du laboratoire français, a expliqué mardi que cette production sera destinée à l’Union européenne, et donc en partie à la France. Cet accord survient au moment où plusieurs laboratoires rencontrent des difficultés pour respecter les contrats qu’ils ont signés. Le ministère de la Santé a par exemple indiqué mardi qu’AstraZeneca livrera à la France 4,6 millions de doses de son vaccin contre le coronavirus d’ici fin mars, soit moitié moins qu’attendu.

Biden évoque l’empoisonnement de Navalny pour son premier appel à Poutine

Après avoir téléphoné à ses alliés, dont la France, Joe Biden s’est entretenu mardi avec son homologue Vladimir Poutine afin de soulever plusieurs dossiers au cœur de tensions entre les deux pays rivaux. Selon la Maison-Blanche, le président américain en a profité pour réaffirmer son « soutien ferme à la souveraineté de l’Ukraine face à l’agression persistante de la Russie ». Joe Biden a aussi fait part de sa préoccupation au sujet de « l’empoisonnement » d’Alexeï Navalny, l’opposant russe arrêté par Moscou le 17 janvier. La présidence russe a pour sa part qualifié les discussions entre les deux leaders de « franches ».