Le mariage avait lieu dans une école juive orthodoxe pour filles d'un quartier londonien.
Le mariage avait lieu dans une école juive orthodoxe pour filles d'un quartier londonien. — congerdesign Pixabay

RASSEMBLEMENT

Coronavirus à Londres : 150 personnes réunies pour un mariage, la police intervient

La police avait initialement indiqué la présence de 400 personnes avant de revoir ce chiffre à la baisse

La police a dû interrompre un mariage réunissant 150 personnes à Londres ( Royaume-Uni) ce jeudi. L’événement se déroulait dans une école juive orthodoxe pour filles, relate la BBC relayée par Capital.

« Il s’agissait d’une violation totalement inacceptable de la loi », a indiqué le chef de la police. Depuis le 4 janvier dernier, les Anglais sont confinés et ne peuvent sortir que pour faire leurs courses, se rendre à un rendez-vous médical ou au travail. Les hôpitaux de la ville de Londres sont par ailleurs sous tension.

Des amendes de 200 à 10.000 livres

La police avait à l’origine fait état de la présence de 400 personnes avant de revoir ce chiffre à la baisse. Marcus Barnett a ajouté que de nombreuses personnes faisaient des sacrifices en annulant diverses célébrations. Les mariages sont autorisés à condition de respecter la règle de six personnes maximum. Ce type de comportement est inexcusable, a-t-il tranché, en ajoutant que les agents pourraient prendre des mesures supplémentaires si nécessaire. Les organisateurs risquent jusqu’à 10.000 livres d’amende (environ 11.200 euros). Cinq invités ont déjà dû payer 200 livres (environ 224 euros).

Le grand rabbin Ephraim Mirvis a lui aussi condamné les faits sur Twitter, assurant que la grande majorité de la communauté juive était excédée par de tels comportements. Du côté de l’école où s’est déroulé le mariage, la direction a indiqué ne pas avoir été mise au courant de la tenue de l’événement. Mais le maire de Hackney, le quartier concerné, a souligné que l’établissement avait déjà fait l’objet d’une sanction pour non-respect des mesures vivant à lutter contre la propagation du virus. Il a précisé qu’une discussion aurait lieu dans les prochains jours avec le rabbinat afin de trouver des solutions pour éviter que de telles situations ne se reproduisent.