L'un des plats servis par le Miam Collectif
L'un des plats servis par le Miam Collectif — Miam Collectif

CUISINE

Perpignan : La cantine du Miam Collectif propose des menus végétariens avec des produits invendus

Pendant l’épidémie, le local n’est ouvert qu’aux personnes défavorisées, mais tout le monde peut récupérer les plats à emporter

  • A Perpignan, le Miam Collectif propose des menus végétariens réalisés à partir de fruits et de légumes invendus récupérés auprès de magasins bio.
  • Pendant l’épidémie, ce restaurant un peu particulier n’est ouvert qu’aux personnes en situation de précarité, mais les autres peuvent prendre les plats à emporter.
  • Dans ce restaurant, le prix est libre : on laisse ce que l’on peut.

Au 22, place Rigaud, à Perpignan (Pyrénées-Orientales), ça s’active en cuisine. Depuis un an, le Miam Collectif propose le midi des repas végétariens et bio, mijotés à partir, notamment, de produits invendus. Soupe d’épinards au yaourt, tajine de navet, chou-fleur rôti au beurre rouge, champignons farcis au potiron ou blettes à l’italienne… Dans ce local, à mi-chemin entre les quartiers populaires et le centre-ville, on sert une cuisine gourmande et raffinée. « Tout était délicieux ! », se réjouit Sandy, l’une des nombreux clients à laisser des commentaires enjoués sur Facebook.

Ces derniers mois, en raison des mesures sanitaires liées à l’épidémie de Covid-19, la structure, qui emploie trois salariés à temps partiel, épaulés par des dizaines de bénévoles, n’a l’autorisation de ne servir sur place que les personnes en situation de précarité. Les autres peuvent toujours, en revanche, prendre les plats à emporter.

Un prix libre

Mais d’ordinaire, le Miam Collectif fonctionne comme un restaurant traditionnel, et tout le monde peut s’y attabler. « Le principe, c’est le prix libre, confie Camille, l’une des cuisinières salariés du Miam Collectif. A partir du moment où vous vous êtes acquitté de votre adhésion, qui est de 5 euros par an, vous payez les repas en fonction de ce que vous pouvez, ou que vous voulez, mettre. Nous proposons cependant un prix d’équilibre, avec lequel nous nous rémunérons, nous payons le local etc. C’est 7 euros, pour une entrée, un plat et un dessert. » Pour ceux qui font face à d’importantes difficultés, le Miam collectif dispose cependant de quelques « repas suspendus », « prépayés grâce à ce que tous les autres mettent dans la caisse », reprend la cuisinière perpignanaise.

Pour mijoter ses repas, l’association, qui a débuté avec une cantine itinérante dans des festivals, récupère chaque semaine une centaine de kilos de fruits et les légumes invendus d’un magasin Bio Coop, et d’un magasin de producteurs, O’Prés. « Ce sont des fruits et des légumes sortis des rayons, parce qu’il y a des nouveaux arrivages, parfois un peu tachés, pas calibrés… Mais ce sont des marchandises en très bel état », reprend la représentante du collectif. La structure effectue aussi des achats auprès de grossistes et d’épiceries, pour compléter ses menus. Un fonctionnement qui oblige les cuisiniers de l’association à « improviser », presque au jour le jour, selon les arrivages.

Le projet du Miam Collectif est soutenu par le département des Pyrénées-Orientales, l’Etat, et a bénéficié dernièrement d’un coup de pouce de la région Occitanie, après un vote citoyen. « Que cela vienne des citoyens est très important pour nous », reprend Camille. Le collectif, touché par la crise, a lancé, par ailleurs, une cagnotte en ligne. Pour que cette aventure solidaire (et culinaire) se poursuive.