Bretagne : Pour le président de région, Air France « doit des emplois à Morlaix »

SOCIAL Loïg Chesnais-Girard met la pression sur le groupe qui a prévu de fermer définitivement son site Hop ! dans le Finistère

J.G. avec AFP

— 

Le président de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard, ici lors du salon agricole Space, le 10 septembre 2019, à Rennes.
Le président de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard, ici lors du salon agricole Space, le 10 septembre 2019, à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

La fermeture annoncée du site Hop! qui emploie 276 personnes à Morlaix ( Finistère) ne passe toujours pas. C’est le président de la région Bretagne qui monte cette fois au créneau en mettant la pression sur Air France « qui doit des emplois à Morlaix ». « On ne dit pas qu’il faut garder des métiers qui n’existent plus et s’il n’y a plus d’avions à entretenir, on ne va pas entretenir des avions qui n’existent plus », a indiqué Loïg Chesnais-Girard ce jeudi à Rennes lors de ses vœux à la presse.

Mais pour l’élu socialiste, « le groupe Air France est grand, ils ont des salariés qui sont dans des situations à Roissy, à Orly, à Nantes, à Lyon qui pourraient être meilleures s’ils habitaient à Morlaix ».

Le CSE de Hop ! promet « une grosse bataille juridique »

« On peut inventer une nouvelle manière de faire et je redis qu’ils nous doivent des emplois », a-t-il insisté, soulignant que l’Etat qui a injecté plusieurs milliards d’euros pour la compagnie aérienne était en droit de demander « des contreparties ».

Fin décembre, le CSE de la compagnie aérienne Hop !, filiale d’Air France, s’était opposé au plan de départs prévoyant la suppression de 1.007 emplois, promettant « une grosse bataille juridique » si celui-ci est homologué. La direction envisage de « recentrer » la compagnie sur « Roissy et Lyon » et de fermer les sites de Morlaix et Lille.