Lyon : Après deux récentes tentatives de suicide, les étudiants manifestent leur refus d’être la « génération sacrifiée »

DETRESSE L’intersyndicale étudiante appelle à des manifestations dans toute la France ce jeudi. A Lyon, le cortège doit s’élancer dès midi de la Manufacture des Tabacs

Elisa Frisullo
— 
Lors d'une mobilisation étudiante en janvier 2021.
Lors d'une mobilisation étudiante en janvier 2021. — CEDRIC BUFKENS/SIPA

Les récentes tentatives de suicides de deux étudiants dans  l’agglomération lyonnaise les ont incités à sortir de leur torpeur. Ce jeudi midi, de nombreux jeunes sont attendus dans les rues de la ville à l’appel de l’intersyndicale étudiante pour manifester leur refus « d’être la génération sacrifiée de la crise actuelle ».

« Face à l’urgence de la précarité étudiante, l’indifférence et l’inaction ne sont plus tolérables », indiquent les organisations et collectifs étudiants à l’initiative de la manifestation, soucieux de mobiliser pour « des conditions de vie décentes face à l’urgence de la détresse étudiante ».

Des actes désespérés qui illustrent la détresse de jeunes

Le 9 janvier, un étudiant en droit avait tenté de mettre fin à ses jours à Villeurbanne, en se jetant du quatrième étage de sa résidence universitaire. Quelques jours après, une jeune fille avait également voulu se défenestrer mais avait été sauvée in extremis par d’autres étudiants qui l’avaient empêchée de sauter dans le vide.

Ces actes désespérés, dont l’écho a largement dépassé l’agglomération lyonnaise, ont suscité une vive émotion chez les étudiants et dans les universités et contribué à délier les langues sur les conditions de vie des jeunes, qui se sont détériorées depuis le début de la pandémie. Ces derniers jours, nombre d’entre eux ont pris la parole pour témoigner de leur détresse, leur précarité et leur solitude après des mois d’enfermement, à être privés de cours à l’université.

Parmi leurs revendications, les étudiants attendent du gouvernement de réelles mesures pour les aider « face aux problèmes de précarité et de santé mentale », soulignent l’intersyndicale. Des mois après la fermeture des campus et le maintien en distanciel de la majorité d’entre eux, ils plaident notamment pour une réouverture des lieux d’enseignement pour ceux qui en ont besoin et pour un meilleur accompagnement pédagogique. L’intersyndicale espère aussi une augmentation significative du nombre de boursiers et un développement des dispositifs d’accompagnement psychologique.

Au-delà de Lyon, où rendez-vous est donné à midi à la Manufacture des Tabacs (3e), des mobilisations sont également prévues à Saint-Etienne et Grenoble.