Coronavirus : « Malgré 120 appels, je n’ai toujours pas de rendez-vous pour me faire vacciner »

VOUS TEMOIGNEZ Si toutes les personnes de plus de 75 ans peuvent se faire vacciner depuis lundi contre le Covid-19, obtenir un rendez-vous dans un centre de vaccination peut relever du parcours du combattant, faute de doses de vaccin disponibles.

Charlotte Murat
— 
Un centre de vaccination à Paris
Un centre de vaccination à Paris — Lionel Urman/Sipa USA/SIPA
  • Partout en France, les centres de vaccination n’ont pas assez de doses de vaccin anti-Covid pour répondre à la demande.
  • Résultat, de très nombreuses personnes de plus de 75 ans ne parviennent pas à trouver un rendez-vous.
  • L’Association des maires de France a demandé à l’Etat une « information en temps réel ».

Des témoignages de toute la France, et à chaque fois la même histoire : impossible d’obtenir un rendez-vous. Si la vaccination contre le Covid-19 est accessible depuis vendredi à toutes les personnes de plus de 75 ans, réserver un créneau dans un centre de vaccination peut relever du parcours du combattant. « Mon mari et moi avons tous les deux 81 ans. Cela fait une semaine que j’essaye par téléphone et par Internet, mais tout est saturé », se désole Dany, habitante de Gironde. Jean-Marie, lui, assure avoir appelé « 120 fois le centre d’appel de sante.fr de Marseille ».

En ligne ou par téléphone, même combat. Dans les Alpes-Maritimes, Gérard, a d’abord essayé sur santé.fr et Doctolib, avant de se tourner vers le numéro national mis en place pour prendre les rendez-vous. « A ce numéro, quand on a la chance d’avoir un opérateur en ligne, on commence par vous demander si vous avez essayé de prendre rendez-vous par Internet. Ensuite, l’opérateur utilise les mêmes sites pour essayer de vous avoir un créneau et vous annonce qu’aucun rendez-vous n’est disponible. En revanche, une multitude de dates sont possibles pour la deuxième injection. Ne pourrait-on pas commencer par celle-là ? »

« Mon rendez-vous a été annulé, sans possibilité de liste d’attente »

Et puis il y a ceux dont le rendez-vous est annulé, faute de doses de vaccin disponibles. C’est la mésaventure qui est arrivée à Elisabeth au centre de vaccination de Garces (Hauts-de-Seine), et qui depuis cherche désespérément un créneau pour sa mère de 87 ans. « J’avais obtenu un rendez-vous pour le 23 janvier, mais il a été annulé deux jours après, sans possibilité de liste d’attente. Ma mère, confinée depuis mars, est au bout du rouleau. Je me connecte plusieurs fois par jour sur les plateformes. J’ai tenté dans tous les Hauts-de-Seine, les Yvelines et Paris, mais c’est complet partout. »

Alain a eu de la chance. Habitant du Var, il a fini par trouver un rendez-vous, « après une demi-journée de recherches sur Internet et au téléphone ». Mais il devra se déplacer dans le département voisin, à 70 km de chez lui.

Pénurie ?

Si certains internautes vont jusqu’à dénoncer des « mensonges » sur les vaccins, certains élus évoquent le terme « pénurie ». L’association des maires de France a demandé mardi à l’Etat une « information en temps réel » sur les stocks de vaccins et le calendrier d’approvisionnement. La maire de Lille, Martine Aubry, a lundi réclamé au gouvernement qu’il « dise la vérité ! Qu’on ne recommence pas la même histoire qu’avec les masques ou les tests ».

Pour y répondre, Olivier Véran a promis, à la demande d’Emmanuel Macron, « de publier en toute transparence le nombre précis de doses dont chaque centre de vaccination dispose ». Objectif, montrer à la population « qu’il n’y a pas de stocks cachés », a insisté le ministre de la Santé.

Alors que Pfizer a annoncé des retards de production, le Premier ministre Jean Castex a reconnu que la France ne recevrait cette semaine « que 320.000 doses » au lieu des 520.000 initialement prévues, sur un total de 1,6 million de doses. « Mais ce sera rattrapé », a-t-il assuré, promettant qu' « à la fin du mois de janvier, plus d’un million de nos concitoyens seront vaccinés ». Rendez-vous début février pour faire les comptes.