Coronavirus : Non, des collégiens ne sont pas mis à l’isolement s’ils refusent de se faire tester

FAKE OFF Un formulaire relayé sur Facebook, censé émaner d’un collège français, interroge de nombreux internautes

Alexis Orsini

— 

Un espace de tests antigéniques et PCR contre le Covid-19 à l'aéroport Paris-Orly. (illustration)
Un espace de tests antigéniques et PCR contre le Covid-19 à l'aéroport Paris-Orly. (illustration) — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • Le refus de réaliser un test antigénique de dépistage du Covid-19 peut-il exposer des collégiens à des mesures d’isolement à domicile ?
  • C’est ce qu’indique un formulaire de consentement à ce type de dépistage qui aurait été distribué dans un collège français.
  • L’Education nationale confirme l’authenticité du document à 20 Minutes, mais précise qu’il s’agit d’une erreur de la direction de l’établissement et que les mesures d’isolement à domicile ne sont prévues qu’en cas de test positif.

Avec l’objectif annoncé d’un million de tests du Covid-19 réalisés dans les écoles, collèges et lycées français d’ici aux vacances de février, le gouvernement entend éviter toute propagation massive de l’épidémie en milieu scolaire.

Mais cette campagne de dépistage donne-t-elle lieu à des consignes strictes, semblables à des sanctions, en cas de refus des parents d’élèves ? C’est ce que laisse penser un document relayé par de nombreux internautes sur les réseaux sociaux.

Le formulaire relayé sur les réseaux sociaux.
Le formulaire relayé sur les réseaux sociaux. - capture d'écran/Facebook

Intitulé « Déploiement de l’offre de tests antigéniques », ce formulaire, en date du 18 janvier, invite les parents d’élèves concernés à donner leur accord ou non à la réalisation d’un test antigénique « au sein du collège ». « Dans le cas d’un refus de votre part, votre enfant devra respecter un isolement préventif de sept jours à son domicile et vous pourrez passer au collège deux fois par semaine, afin de récupérer ses cours », indique notamment le document, qui propose aussi la mise à disposition temporaire d’une tablette en cas d’isolement à domicile.

FAKE OFF

Contacté par 20 Minutes, le ministère de l’Education nationale confirme que « ce document a bien été distribué aux parents d’élèves [d’un] collège de l’Est de la France », mais précise : « En cas de refus de test, il n’y aura pas de conséquences pour les collégiens. »

« Il s’agit d’une erreur de la direction du collège. L’objectif de ce document était de s’assurer de la continuité [du travail] des élèves en cas de test positif et non en cas de refus de se faire tester », ajoute le ministère, tout en indiquant qu’un « nouveau courrier a été envoyé aux parents d’élèves ».

Des tests déployés dans trois cas de figure

Comme on peut le vérifier sur le site de l’Education nationale, le protocole sanitaire anti-Covid-19 prévoit en effet que les personnels et élèves identifiés comme contacts à risque – hors de toute campagne de test au sein de l’établissement – « ne sont pas accueillis dans l’école ou l’établissement jusqu’au résultat négatif d’un test RT-PCR ou antigénique réalisé 7 jours après le dernier contact avec le cas confirmé. »

« Les responsables légaux des élèves doivent attester sur l’honneur de la réalisation du test et du résultat négatif de celui-ci. En l’absence d’une telle attestation, l’éviction scolaire est maintenue jusqu’à sa production et pour une durée maximale de 14 jours », détaille encore le protocole.

Des tests antigéniques peuvent être réalisés au sein d’un établissement dans trois scénarios distincts : en cas de 3 cas positifs confirmés sur une période de 7 jours, dans les zones de l’Hexagone où « le virus circule activement », ou encore dans le cadre d’une « stratégie de maîtrise de la diffusion des variants du virus » qui peut donner lieu à une « campagne de test systémique » sur avis de l’Agence régionale de santé (ARS), dès lors que la présence d’un variant du Covid-19 est suspectée au sein d’un établissement.