L’espérance de vie chute de plusieurs mois en France à cause du coronavirus, la natalité au plus bas depuis 1945

PANDEMIE Ce chiffre a baissé de six mois pour les hommes, un tout petit peu moins pour les femmes, selon les calculs de l’Insee

20 Minutes avec AFP

— 

Un passant à Nice (image d'illustration).
Un passant à Nice (image d'illustration). — VALERY HACHE / AFP

L’épidémie de Covid-19 en France a entraîné une baisse de l’espérance de vie à la naissance de quasiment cinq mois pour les femmes et de six mois pour les hommes, a indiqué ce mardi l’Insee dans son bilan démographique 2020.

L’espérance de vie atteint 85,2 ans pour les femmes et 79,2 ans pour les hommes, soit une baisse bien plus forte que celle observée en 2015, année marquée par une forte grippe hivernale, selon l’Insee.

Natalité en berne

Pendant cette première année de l’épidémie de Covid-19, 658.000 personnes sont décédées en France – toutes causes confondues –, soit 7,3 % de plus qu’en 2019, selon une estimation corrigée. Le 15 janvier dernier, l’Insee avait estimé le nombre de décès 2020 à 667.400 personnes (+9 % en un an).

L’Insee constate aussi une forte baisse de la natalité. Environ 740.000 bébés sont nés en France en 2020, soit 13.000 de moins qu’en 2019 (-1,8 %), un chiffre au plus bas depuis 1945, a indiqué mardi l’Insee dans son bilan démographique annuel. Le taux de fécondité a baissé à 1,84 enfant par femme, contre 1,86 en 2019, selon l’institut de la statistique.

Naissances en baisse, décès en hausse : logiquement, cette conjonction a entraîné un solde naturel très bas, à 82.000 contre 140.000 en 2019. C’est le solde naturel le plus faible depuis 1945. L’année 2020 a également été marquée par un effondrement de 34 % du nombre de mariages, ces célébrations ayant été interdites pendant le premier confinement, puis autorisées mais avec une stricte limitation du nombre d’invités.