Lyon : La mairie expérimente des petits-déjeuners solidaires dans les maternelles

PAUVRETE Depuis le début de l’année, la ville de Lyon distribue gratuitement des petits-déjeuners équilibrés aux enfants de maternelle d’un quartier prioritaire

C.G.

— 

Depuis le mois de janvier, la ville de Lyon expérimente des petits-déjeuners solidaires dans une école maternelle située dans un quartier prioritaire (illustration).
Depuis le mois de janvier, la ville de Lyon expérimente des petits-déjeuners solidaires dans une école maternelle située dans un quartier prioritaire (illustration). — POUZET/SIPA

Pour l’heure, il s’agit d’une expérimentation. Mais en cas de succès, le dispositif pourrait être étendu à d’autres écoles de Lyon. La mairie, en lien avec la préfecture du Rhône et l’académie de Lyon, expérimente depuis le début de l’année des « petits-déjeuners solidaires ». Il s’agit d’offres aux enfants de maternelle un premier repas « équilibré et de qualité », provenant de filière locale.

Pour l’instant, un seul établissement a été choisi, l’école maternelle Olympe de Gouges, située dans le quartier Mermoz-Pinel (8e arrondissement de Lyon) et classée en zone politique de la Ville. Cela concerne quatre classes, soit 80 enfants.

Deux jours par semaine

Les petits-déjeuners sont servis entre 8h20 et 8h40 dans le restaurant scolaire. Ils sont fournis par la cantine sociale « Epi c’est bon : cantine sociale & solidaire » deux jours par semaine : les mardis et les vendredis.

« Aujourd’hui, la France compte trois millions d’enfants pauvres, soit un enfant sur cinq. Parmi eux, certains n’ont pas accès aux droits fondamentaux en matière de logement, d’alimentation et de santé », argumente la mairie de Lyon, dans un communiqué. Et d’ajouter : « De nombreuses études établissent en effet que les enfants qui ne déjeunent pas le matin ont davantage de mal à se concentrer sur les apprentissages. Ce constat est renforcé du fait de la crise sanitaire qui a entraîné une perte d’emploi ou une chute de revenu pour de nombreux ménages, notamment dans les quartiers prioritaires ».

Pour cette expérimentation, la Ville de Lyon achète les petits-déjeuners au prix de 2,30 euros l’unité. Ce qui représente une dépense totale de 6.624 euros à l’année, précise-t-elle ajoutant que les familles n’ont rien à prendre en charge.