Marseille : Avec une exposition de photos sur la Canebière, la ville s’engage auprès de SOS Méditerranée

MIGRANTS La ville de Marseille, qui organise cette exposition dans une mairie de secteur, va adhérer à la plateforme des collectivités solidaires avec l’association

Caroline Delabroy

— 

Sur la Canebière, la mairie du 1-7 accueille l'exposition de SOS MéditerranéMarseille
Sur la Canebière, la mairie du 1-7 accueille l'exposition de SOS MéditerranéMarseille — C. Delabroy / 20 Minutes
  • La mairie du 1-7 de Marseille accueille jusqu’au 14 février l’exposition photo de SOS Méditerranée, intitulée « Sauver, Protéger, Témoigner ».
  • Lors de l’inauguration, Benoît Payan a appelé à une « véritable politique européenne » envers les réfugiés.

Ce n’est pas la première fois que l’exposition photo de SOS Méditerranée est montrée à Marseille, elle l’a déjà été à La Criée en septembre pour les cinq ans de l’association. Mais c’est la première fois qu’elle est accueillie, sur la Canebière, dans la mairie de secteur, soit en dehors d’une institution culturelle. Et cela jusqu’au 14 février. La symbolique est importante, à l’heure où l’association cherche plus que jamais à mobiliser les collectivités locales face à l’urgence humanitaire en Méditerranée.

Intitulée « Sauver, protéger, témoigner », l’exposition réunit le travail de différents photographes embarqués sur l’Aquarius puis l’Ocean Viking. Lors de l’inauguration, vendredi, le maire de Marseille Benoît Payan a assuré que la seconde ville de France « ne fermerait jamais son port à celles et ceux qui ont risqué leur vie » en mer. Il a ainsi répété la proposition faite fin août au Louise Michel pour accueillir ce bateau affrété par l’artiste Banksy, avec à bord 219 migrants secourus en Méditerranée. Il avait finalement pu accoster ailleurs, dans un port plus proche.

« Les images parlent »

Benoît Payan s’est aussi engagé à ce que le prochain municipal vote une délibération pour que Marseille, comme Bordeaux, Paris, Lille ou Grenoble, adhère à la plateforme des collectivités solidaires avec SOS Méditerranée. Cet engagement implique un soutien financier mais aussi à faire levier auprès des Etats, à qui incombe le sauvetage des personnes en mer. Le maire de Marseille en a ainsi appelé à ce que la France et l’Europe prennent « leurs responsabilités », avec « une véritable politique européenne pour l’accueil solidaire des réfugiés sur l’ensemble du territoire européen ».

« Pour nous, être sur la Canebière, c’est une visibilité, reconnaît Sabine Grenard, responsable événementiel chez SOS Méditerranée. La force des images est très importante. Notre troisième mission, c’est le témoignage. » « C’est très difficile d’expliquer oralement tout ce qui se passe, les images parlent », sourit de son côté Moussa, sauvé le 1er janvier 2017, qui vit aujourd’hui à Marseille où il prépare un brevet professionnel d’électricité.

Sophie Beau, cofondatrice de Sos Méditerranée, lors de l'inauguration de l'exposition sur la Canebière
Sophie Beau, cofondatrice de Sos Méditerranée, lors de l'inauguration de l'exposition sur la Canebière - C. Delabroy / 20 Minutes

« Chaîne de mains tendues ».

Sophie Beau, cofondatrice de l’association, est souvent la première destinataire des photos prises à bord. Sidérée, elle découvre celle prise par Laurin Schmid en octobre 2016, un bateau de bois contenant 722 personnes. « A chaque fois que des personnes étaient transbordées vers nos canots, il en sortait autant de la cale, c’était inimaginable », témoigne un marin sauveteur. La photo de la cale vide est saisissante.

Quand on lui demande ses photos marquantes, Sophie Beau nous emmène aussi voir celle d’Anthony Jean sur le sauvetage d’une femme enceinte, en train de rejoindre l’Aquarius, avec « cette chaîne de mains tendues ». « Il faut un mécanisme de solidarité européenne, il doit y avoir une flotte de sauvetage européenne, poursuit Sophie Beau. Le soutien des élus locaux est essentiel pour activer ce levier politique. »

Des tables rondes sont organisées autour de l’exposition sur le thème « Marseille, port d’arrivée, port d’attache ». Sur le site www.toussauveteurs.org, on peut aussi s’inscrire pour des visites guidées gratuites les mercredis et les samedis, à 14 h et 15 h.