Morbihan : Le projet d’un hôtel de luxe sur l’île de Berder sème la discorde

POLEMIQUE Un rassemblement a eu lieu dimanche après-midi dans le golfe du Morbihan pour dénoncer le projet porté par le promoteur rennais Michel Giboire, propriétaire de l’île de Berder

Jérôme Gicquel
— 
L'île de Berder s'étend sur 23 hectares en plein cœur du golfe du Morbihan.
L'île de Berder s'étend sur 23 hectares en plein cœur du golfe du Morbihan. — GILE Michel/SIPA
  • Propriétaire de l’île de Berder dans le golfe du Morbihan, Michel Giboire souhaite y construire un hôtel de luxe de 80 chambres.
  • Rassemblés dimanche à l’entrée de Berder, les opposants estiment que le projet va « dénaturer et défigurer l’île ».
  • Le promoteur immobilier a tout de même des partisans dans la petite commune de Larmor-Baden.

C’est un endroit paradisiaque niché en plein cœur du golfe du Morbihan. Fierté des 860 habitants de Larmor-Baden, l’île de Berder crée toutefois des remous dans la petite commune bretonne depuis plusieurs mois. L’objet de la discorde est un projet d’hôtel 4 étoiles de 80 chambres avec piscine, spa, hammam ainsi qu’un parking d’une centaine de places. Il est porté par Michel Giboire, patron du groupe immobilier éponyme, qui a racheté le caillou de 23 hectares en 2016 au groupe Yves Rocher pour environ quatre millions d’euros.

L'île est accessible aux visiteurs grâce à un gois qui relie l’île au continent à marée basse
L'île est accessible aux visiteurs grâce à un gois qui relie l’île au continent à marée basse - GILE Michel/SIPA

L’île de Berder, qui a longtemps servi comme centre de vacances, est donc privée, Michel Giboire ayant établi sa résidence secondaire dans l’ancienne pêcherie de l’île. Mais le joyau reste toutefois accessible aux visiteurs grâce à un gois qui relie l’île au continent à marée basse. Aux beaux jours, son sentier côtier est pris d’assaut par les promeneurs qui apprécient le calme de l’île, sa végétation luxuriante et sa vue imprenable sur le golfe du Morbihan.

Des recours déposés pour bloquer le projet

Un cadre idyllique pour se balader en famille que les opposants à Michel Giboire souhaitent voir préservé. Rassemblés dimanche après-midi devant l’entrée du passage de Berder, ils dénoncent un projet qui va « dénaturer et défigurer l’île au profit de quelques clients fortunés », selon Marc Chapiro, porte-parole du collectif Berder Ensemble. « Michel Giboire est le propriétaire de l’île, il a le droit bien sûr d’y séjourner, indique-t-il. Mais nous refusons ce projet d’hôtel de luxe qui est une pure ineptie et ne va rien apporter à la commune ».

Avec les autres opposants, il défend l’idée de faire de Berder un parc départemental et a lancé une pétition en ce sens. Le problème est que l’île n’est pas à vendre et que le département n’est pas acheteur non plus à en croire son président François Goulard. Pour bloquer le projet, les opposants ont donc lancé une offensive judiciaire en déposant notamment cet été un recours en annulation du permis de construire déposé par Michel Giboire ainsi qu’un recours contre le plan local d’urbanisme.

Des retombées économiques selon les pro-Giboire

Contacté par 20 Minutes, le promoteur immobilier rennais n’a pas donné suite à nos sollicitations, ne souhaitant « plus communiquer ni prendre la parole sur ce projet dans l’attente des décisions de justice ». A Larmor-Baden, Michel Giboire peut en tout cas compter sur le soutien de certains habitants qui voient, eux, le projet d’hôtel d’un bon œil. C’est le cas du conseiller municipal Christophe Guyomard qui a mis sur pied l’an dernier le collectif citoyen pour le développement économique et social à Larmor-Baden. « Michel Giboire ne veut pas abîmer l’île mais au contraire rénover des bâtiments qui tombent en ruines et cela sur ses fonds privés », assure-t-il.

Il estime aussi que l’hôtel, s’il voit le jour, apportera des retombées économiques à la commune « qui se dépeuple avec des commerces qui ferment les uns après les autres ». « Cela va créer des emplois bien sûr mais une poignée d’anti-tout n’en veulent pas, dénonce-t-il. Ils sont contre le tourisme de luxe mais aussi contre le tourisme plus grand public puisqu’ils ont réussi à suspendre le projet d’extension d’un camping ». La procédure judiciaire s’annonçant longue, les pro et anti-Giboire n’ont donc pas fini de se déchirer à Larmor-Baden.