Marseille : Près de 150 personnes se rassemblent dans une cité des quartiers Nord après une rixe mortelle

VIOLENCES Près de 150 personnes ont manifesté ce samedi à la Busserine, une cité des quartiers Nord de Marseille touchée par le trafic de drogue, pour protester contre la violence qui gangrène le quartier

20 Minutes avec AFP

— 

Centre social de la Busserine à Marseille
Centre social de la Busserine à Marseille — C. Delabroy / 20 Minutes

Ce samedi, environ 150 habitants de la Busserine, une cité paupérisée du 14e arrondissement de Marseille touchée par le trafic de drogue, se sont rassemblés pour dire « stop à la violence ». « Par ce rassemblement, nous, habitants et intervenants sociaux, voulons marquer notre résistance collective à cette violence, être reconnus comme des citoyens à part entière », ont expliqué les manifestants dans un texte lu à la presse. « Nous revendiquons dignité et respect. Nous voulons tout simplement pouvoir vivre en toute tranquillité », ont-ils ajouté.

Les manifestants, parmi lesquels beaucoup de femmes et de mères de famille, se sont ainsi rendus à pied d’un bâtiment de la cité jusqu’au stade à proximité duquel, le 1er janvier, un homme de 22 ans a été blessé par balles aux jambes et au dos après une altercation musclée, à l’issue d’un match de football organisé en soutien à la famille d’un jeune homme décédé des suites d’une maladie. Le tireur est toujours en fuite, et cet événement a servi pour beaucoup d’électrochoc.

Devant les grilles du stade, les manifestants ont brandi symboliquement au-dessus de leur tête des feuilles de papier blanc dessinant les mots « stop violence ». « On a peur, on ne se sent pas protégé. On est pris en otage », a confié à l’AFP Saloua, une résidente qui préfère taire son nom de famille, expliquant que le couvre-feu à 18 heures n’empêche pas des jeunes de traîner dehors et de « faire leur loi ».