Affaire Duhamel : « Pourquoi tant de gens savaient et n’ont rien dit ? », s’interroge Aurore Bergé

SCANDALE Une enquête préliminaire pour « viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité sur mineur de 15 ans » a été ouverte à l’encontre du politologue

20 Minutes avec AFP

— 

La députée LREM Aurore Bergé.
La députée LREM Aurore Bergé. — Alain Robert

« Il faut s’interroger sur pourquoi tant de gens savaient et tant de gens ont préféré se taire ». C’est ainsi qu’a réagi ce samedi sur France Inter la députée LREM Aurore Bergé au scandale entourant Olivier Duhamel.

Le politologue est accusé par la fille de l’ex-ministre Bernard Kouchner, Camille Kouchner, dans son récit autobiographique La Familia grande, d’avoir violé son frère jumeau quand ils étaient adolescents, à la fin des années 1980. Une affaire pour laquelle le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire à son encontre, le 5 janvier, pour « viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité sur mineur de 15 ans ».

« Enfin, on met sur la table la question de l’inceste »

« C’était mon enseignant à Sciences-Po, donc je pense que comme beaucoup de ceux qui l’ont eu comme professeur, ça a été un choc, comme une révélation, parce que c’est quelqu’un qu’on admirait, c’est quelqu’un qui avait de l’autorité », a notamment déclaré Aurore Bergé. Et de poursuivre : « C’est quelque chose qui est d’autant plus choquant que d’imaginer que tant de gens aient su et que tant de gens n’aient rien dit pour protéger des enfants parce que quand on a 14 ans, on n’est pas consentant, et on est d’autant moins consentant quand c’est face à la personne qui a autorité sur vous et en qui vous avez toute confiance ».

Pour la députée, le succès du livre de Camille Kouchner montre qu'« enfin, on met sur la table la question de l’inceste, une espèce de viol au carré, c’est-à-dire cette chose insupportable qui existe dans notre pays, dans toutes les familles, dans toutes les catégories sociales ».