Coronavirus à Bagneux : Des résultats « plutôt rassurants » après la détection du variant anglais

EPIDEMIE L’ARS a demandé aux laboratoires d’analyses médicales de la région de « pratiquer des tests qui permettent de repérer ce variant »

20 Minutes avec AFP
— 
Un centre de dépistage à Bagneux (Hauts-de-Seine)
Un centre de dépistage à Bagneux (Hauts-de-Seine) — Christophe Ena/AP/SIPA

Une opération de grande ampleur avait été mise en œuvre à Bagneux, dans les Hauts-de-Seine, pour tenter de contenir la propagation du variant anglais après le dépistage positif d'un animateur scolaire. Ce vendredi, la maire de la ville, Marie-Hélène Amiable (PCF) a jugé les résultats « plutôt rassurants ».

Sur les 2.100 des près de 40.000 habitants de la commune testés, 11 ont contracté le Covid-19 et, parmi eux, « deux cas font l’objet d’un séquençage particulier » car suspectés d’appartenir au variant britannique, a détaillé Marie-Hélène Amiable devant la presse.

« Pratiquer des tests qui permettent de repérer ce variant »

Les résultats de ces séquençages doivent être dévoilés la semaine prochaine, a précisé Cécile Somarriba, de l’Agence régionale de Santé (ARS) Ile-de-France. L’origine de la contamination de l’animateur est toujours inconnue, a également indiqué la maire de Bagneux.

Le variant britannique est réputé plus contagieux que la version originale du virus, notamment chez les plus jeunes. « [L’animateur] n’a pas été en Grande-Bretagne ni été en contact avec des personnes ayant été en Grande-Bretagne », selon l’élue.

L’ARS a demandé aux laboratoires d’analyses médicales de la région de « pratiquer des tests qui permettent de repérer ce variant », a déclaré un de ses représentants lors de la conférence de presse.

Le « mutant » britannique, retrouvé aujourd’hui dans 1,3 % à 1,4 % des tests positifs au Covid-19, devrait dominer dans deux à trois mois en France : « c’est une bascule inéluctable », affirme le Pr Bruno Lina, qui coordonne au niveau national la cartographie de sa circulation.