Coronavirus en Pays-de-la-Loire : Les fêtes de fin d’année n’ont pas créé « d’explosion » de cas

EPIDEMIE Les chiffres restent hauts mais nous n'avons pas d'effet exponentiel, observe l'ARS

J.U.

— 

Un père Noël masqué. Illustration
Un père Noël masqué. Illustration — JOEL SAGET / AFP
  • L’accélération des cas observée ces derniers jours s’est calmée dans la région, alors que les effets des fêtes de fin d’année peuvent désormais être observés.
  • Vendredi, le taux d’incidence était de 109,2 cas pour 100.000 habitants, contre 187 dans le reste de la France.

Des indicateurs élevés mais « pas d’explosion » de cas. Plus de deux semaines après les fêtes de fin d’année, le pic de contaminations redouté par les autorités n’a finalement pas eu lieu dans les Pays-de-la-Loire. « Les Ligériens ont été prudents en respectant les gestes barrière, se félicite Jean-Jacques Coiplet, directeur de l’ARS. Les chiffres restent hauts mais nous n’avons pas d’effet exponentiel, même si le R en Pays-de-la-Loire [le nombre moyen de personnes qu’une personne contagieuse peut infecter] est repassé au-dessus de 1 jeudi. »

D’après les chiffres communiqués ce vendredi soir, le taux d’incidence était de 109,2 cas pour 100.000 habitants, contre 187 dans le reste de la France. L’accélération observée ces derniers jours semble donc s’être calmée et transformée en « plateau ». En Loire-Atlantique, les indicateurs ont même tendance à baisser : le taux d’incidence, à 99,1 jeudi, est repassé à 96,7 ce vendredi.

Une trentaine de centres de vaccination dans la région, dont deux à Nantes

Dans la région comme dans le reste de la France, les autorités préparent le lancement d’une nouvelle phase de vaccination, à destination des personnes de plus de 75 ans notamment. A partir de lundi, une trentaine de centres ouvriront leurs portes dans la région, dont huit en Loire-Atlantique. A Nantes, on sait déjà que l’un d’entre eux sera aménagé dans la salle festive Nantes-Erdre.

Un deuxième lieu doit ouvrir à l’hôpital privé du Confluent (Rezé), à partir de mardi midi, avec une capacité de prise en charge « de 96 personnes par jour, soit 480 personnes par semaine », indique la direction de l’hôpital. Les réservations sont déjà ouvertes, sur Internet ou par téléphone. Ce vendredi soir, les plannings des centres nantais étaient déjà pleins pour les quinze prochains jours.