Lyon : Des produits de la ferme accessibles à la sortie du métro ou du train

CONSOMMER LOCAL Après l'ouverture de plusieurs drives en zone rurale dans des coopératives de producteurs, Cagette Violette s'attaque aux centre-villes, avec des premiers casiers réfrigérés installés à la sortie de la gare d'Oullins, vers Lyon

Elisa Frisullo

— 

Dans les casiers réfrigérés installés à la sortie de la gare d'Oullins vers Lyon, chacun peut acheter des produits de la ferme en quelques minutes.
Dans les casiers réfrigérés installés à la sortie de la gare d'Oullins vers Lyon, chacun peut acheter des produits de la ferme en quelques minutes. — Cagette Violette
  • Cagette Violette, présenté comme un drive des produits locaux, a été créé en 2019 en zone rurale par une ancienne d’Amazon, Céline Sebrecht.
  • La start-up, qui a enregistré une forte progression de son activité depuis le premier confinement, a installé récemment ses premiers casiers réfrigérés remplis de produits locaux pour les citadins.
  • Après la gare d’Oullins, d’autres implantations sont prévues en ville en 2021, à proximité des gares ou sorties de métro, pour faciliter l’accès aux produits des producteurs du Rhône.

Son concept, imaginé et concrétisé avant la crise sanitaire, a pris un véritable tournant lors du premier confinement. Si bien que pour Céline Sebrecht, cofondatrice de Cagette Violette,  2020 restera une année marquante à plus d’un titre. Cette jeune femme, installée dans les environs de Villefranche-sur-Saône, près de Lyon,  vient d’installer, en lien avec la SNCF, une vingtaine de casiers réfrigérés remplis de produits locaux à la sortie de la gare multimodale d’Oullins La Saulaie, tout près de Lyon. Mais avant d’en arriver là et d’entrevoir de nouvelles perspectives, cette mère de famille n’a pas ménagé ses efforts pour faire sa place auprès des producteurs de la région.

Cette ingénieur de formation, ancienne d’Amazon, a débarqué de Paris avec sa famille il y a trois ans pour développer un concept alliant digital et mieux manger. « Amazon, tout le monde dit que c’est horrible mais tout le monde achète chez eux. J’étais convaincue qu’il y avait quelque chose à faire avec mon expérience et ma volonté de simplifier l’accès aux circuits courts », souligne Céline Sebrecht. A son arrivée dans la région lyonnaise, son idée se précise, son concept prend forme. Elle décide de prendre contact avec les magasins de producteurs, nombreux dans la région, pour les aider à trouver une nouvelle clientèle, en proposant un accès différent aux circuits courts : le drive. Le premier voit le jour en 2019 à la Ronde paysanne de Bessenay, suivis de cinq autres ouverts dans le Rhône dans des magasins de producteurs.

En lien avec 300 producteurs

« Début 2020, le confinement a été une énorme opportunité pour nous », confie la jeune femme. Lorsque la crise sanitaire débute en France, Cagette Violette fonctionne mais le développement n’est pas assez rapide pour offrir des perspectives pérennes à la société. « On faisait quinze commandes par semaine dans les drives. En prenant 10 % sur les ventes, ce n’est pas comme ça qu’on allait réussir à se payer », ajoute la jeune femme, entourée de deux associés. L’engouement affiché par le public pour les produits locaux dès le début de l’épidémie change la donne. Et les perspectives de développement de la start-up. « Les producteurs ont vu qu’avec le drive, on leur offrait dans ce contexte un vrai service », souligne l’entrepreneuse, aujourd’hui entourée de 300 agriculteurs et des projets plein la tête.

Après avoir remporté l’appel d’offres de la SNCF pour lancer ses premiers casiers en milieu urbain à Oullins, Cagette Violette prévoit huit nouvelles implantations en ville en 2021. « Pour que ça fonctionne, il faut apporter ce service aux citadins sur leur trajet quotidien », ajoute Céline Sebrecht. La start-up est en discussion avec le Sytral pour l’installation de casiers à la sortie du métro à Vaulx-en-Velin, Gorge de Loup ou Gare de Vaise.

Elle est aussi en contact avec la métropole pour obtenir l’autorisation d’implanter ses casiers de légumes, fruits, viande, crémerie ou épicerie sur la voie publique et projette de se développer davantage à la campagne, avec l’ouverture de vingt drives de plus dans les halles de producteurs. « Nous allons aussi créer notre propre lieu, avec notre drive, dans l’ouest lyonnais. C’est un endroit stratégique car il n’y a d’offres de producteurs dans cette zone et que les gens pourraient s’arrêter facilement pour récupérer leurs courses avec la M6 (ancien A6) », espère la quadragénaire.

Des commandes à faire sur le net ou en se rendant aux casiers

Pour les consommateurs, le dispositif est simple. Les commandes peuvent se faire sur le site de Cagette violette avant d’aller récupérer son drive dans les halles de producteurs ou dans les casiers d’Oullins. Mais il est également possible d’aller acheter directement ses paniers de la ferme dans les casiers à la gare de La Saulaie. « Nous aurons bientôt 500 références disponibles », assure la jeune femme, qui a notamment imaginé des menus complets à cuisiner pour 4 personnes (24.90 euros) ou encore 5 kg de fruits et légumes de saison, vendus 13.90 euros.

Un concept qui, s’il continue de faire ses preuves dans le Rhône devrait être proposé dès 2022 en Ile de France et en 2023 dans l’ouest, à Bordeaux ou Nantes, où l’attrait pour le « manger local » ne se dément pas.