Béziers : Des haut-parleurs installés en ville pour traquer les incivilités, dont les déjections canines

VIDEOSURVEILLANCE Des messages de sensibilisation seront diffusés aux contrevenants

N.B.

— 

NB2014
NB2014 — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Douze haut-parleurs ont été installés à Béziers (Hérault), par la mairie pour traquer ceux qui font preuve d’incivilités.
  • Lorsque les caméras de vidéosurveillance détecteront un contrevenant, un message de sensibilisation préenregistré sera diffusé à son attention.
  • Parmi les infractions visées par ce dispositif, les petites dégradations, le fait de jeter des déchets par terre, de se balader avec une tenue non-appropriée, ou un groupe de personnes qui ne porteraient pas de masques mais aussi les déjections canines.

Douze haut-parleurs ont été installés à Béziers (Hérault), par la mairie de Robert Ménard (divers droite), pour traquer ceux qui font preuve d’incivilités.

Ainsi, lorsque les policiers municipaux détecteront via les caméras de vidéosurveillance un contrevenant, un message de sensibilisation, parmi une quinzaine préenregistrés, sera diffusé à son attention. Et si la personne ne daigne pas réparer sur le champ son incivilité, les agents seront habilités à intervenir sur place, a appris 20 Minutes, auprès des services de la ville. Un dispositif qui existe ailleurs, en France.

Pour les déjections canines

Parmi les infractions visées par ce dispositif, les petites dégradations, le fait de jeter des déchets par terre, de se balader avec une tenue non-appropriée, ou un groupe de personnes qui ne porteraient pas de masques. La ville a aussi prévu de se servir de ces haut-parleurs pour alerter un contrevenant au couvre-feu, ou à un éventuel confinement.

Mais aussi… pour les déjections canines. C’est cette incivilité que la mairie a choisie pour promouvoir son dispositif, dans une étonnante vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. On y voit, dans un mini-thriller palpitant (ou pas), une passante, qui a laissé son chien se soulager sur une place sans ramasser sa déjection, être prise à partie par une voix. Spoiler : elle semble s’en moquer, une patrouille de police est envoyée sur place…

Ce n’est pas la première fois que la mairie de Robert Ménard s’attaque frontalement aux déjections canines. En 2016, elle avait voulu mettre en place un fichage ADN des chiens, pour retrouver les propriétaires indélicats. Le dispositif avait été retoqué par le tribunal administratif. Trois ans plus tard, la mairie avait demandé aux habitants de prendre en photo les déjections dans les rues, pour les envoyer… au préfet.