Coronavirus : Le conseil de défense sanitaire se réunit à nouveau ce mercredi

NOUVELLES REGLES Si un nouveau confinement n’est pour l’instant pas dans les plans, la question de l’élargissement du couvre-feu à 18 heures va se poser

20 Minutes avec AFP

— 

French President Emmanuel Macron, right, French Prime Minister Jean Castex, center, and Economy Minister Bruno Le Maire attend a videoconference with representatives of the sporting world at the Elysee Palace in Paris, Tuesday, Nov. 17, 2020. (Ludovic Marin, Pool via AP)/XTC103/20322448523237/12345678/2011171316
French President Emmanuel Macron, right, French Prime Minister Jean Castex, center, and Economy Minister Bruno Le Maire attend a videoconference with representatives of the sporting world at the Elysee Palace in Paris, Tuesday, Nov. 17, 2020. (Ludovic Marin, Pool via AP)/XTC103/20322448523237/12345678/2011171316 — Ludovic Marin/AP/SIPA

Un Conseil de défense sanitaire pourrait décider ce mercredi de nouvelles mesures pour contenir la hausse des contaminations au coronavirus et affronter sa variante la plus contagieuse, qui commence à s’installer en France. Après la réunion prévue à l’Elysée, il reviendra au gouvernement de Jean Castex d’en présenter les conclusions jeudi. Les autorités devraient tirer le bilan des fêtes de fin d’année et évaluer ses retombées sur l’épidémie de Covid-19.

Le chef du gouvernement, qui a jugé mardi que les Français s’étaient « bien comportés » à cette occasion, a indiqué la veille que « le couvre-feu suffit », semblant écarter un troisième reconfinement dans l’immédiat. En revanche, l’ajout de territoires aux 25 départements déjà sous couvre-feu dès 18 heures, voire sa généralisation à l’ensemble du pays, est envisagé, selon plusieurs sources proches du gouvernement. Car les chiffres liés à l’épidémie inquiètent les autorités et le Conseil scientifique qui lui fournit des recommandations sur la conduite à tenir pour y faire face.

Les gestes barrières contre les différents variants

Le Covid-19 pèse toujours autant sur le système de santé français, avec 1.660 patients malades du Covid-19 admis en vingt-quatre heures, et plus de 19.000 nouveaux cas de contaminations enregistrés sur la même période, selon les chiffres de Santé publique France mardi soir. Jean-François Delfraissy, qui s’exprimait sur TF1 mardi soir, a évoqué un sujet d’inquiétude, avec l’apparition sur le sol français du variant britannique du virus. Réputé plus contagieux, il a provoqué une flambée épidémique au Royaume-Uni.

Ce variant représente environ 1 % des tests positifs au Covid-19 en France, selon les résultats préliminaires d’une enquête menée sur deux jours la semaine passée, a indiqué mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran. Pour Jean-François Delfraissy le « meilleur barrage » contre toutes les souches du virus reste les gestes barrières. Il a également évoqué d'« éventuelles restrictions de voyage » avec des pays où le « virus anglais » est très présent, et « probablement des mesures plus strictes » en général.

Objectif 400.000 vaccinés et vaccinées en fin de semaine

Dans ce contexte, les autorités ont affiché leur volontarisme pour accélérer la campagne de vaccination, après un démarrage poussif par rapport à d’autres pays. A ce jour, près de 190.000 personnes ont été vaccinées en France depuis le début de la campagne le 26 décembre. Le gouvernement espère atteindre les 400.000 personnes vaccinées contre le Covid-19 à la fin de la semaine, notamment dans les Ehpad où jusqu’ici moins de 30.000 résidents ont reçu le vaccin, a indiqué mardi la ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon.

La France disposait la semaine dernière d’environ 1 million de doses du vaccin Pfizer/BioNTech, dont elle attend 500.000 doses hebdomadaires, auxquels s’ajoutent 50.000 doses cette semaine du vaccin de l’Américain Moderna. Au total, le gouvernement attend 2,6 millions de doses en janvier.