Paris : Le personnel médico-social se mobilise pour des hausses de salaires

MANIFESTATION Des centaines de soignants et personnels du médico-social se sont rassemblés à la mi-journée devant le ministère de la Santé

20 Minutes avec AFP

— 

Ils étaient rassemblés à la mi-journée devant le ministère de la Santé.
Ils étaient rassemblés à la mi-journée devant le ministère de la Santé. — AFP

A l’appel de la CFDT, plusieurs centaines de soignants et personnels du médico-social, en grande majorité des aides à domicile, ont manifesté, ce mardi, pour dénoncer leur « misère salariale » et réclamer de « fortes revalorisations ».

Rassemblés à la mi-journée devant le ministère de la Santé, ces salariés du domicile, aides-soignants à l’hôpital ou en Ehpad, et infirmiers – munis de vêtements contre la pluie, chasubles et drapeaux orange, la couleur de ce syndicat - ont scandé « on est là » ou encore « revalorisation de salaire pour tout le monde ».

« Manque de rémunération » et « épuisement professionnel »

Venus de plusieurs villes de France, les manifestants dénonçaient sur les pancartes : « Soignants oubliés, soignants en colère » ou « Arrêtez de nous jeter des miettes, nous ne sommes pas des pigeons ». « Ça fait des années que nos salaires ne bougent pas, que les conditions de travail se dégradent », a déploré Lénaïck Flamant, aide à domicile. Outre le « manque de rémunération » et « l’épuisement professionnel », cette femme de 57 ans, originaire de Rennes, a également souligné le « manque d’attractivité du métier, car la plupart des aides à domicile sont à temps partiel, des temps partiels subis ».

Plusieurs manifestants étaient massés derrière une grande banderole sur laquelle on pouvait lire : « Aide-soignante, Domicile, Misère salariale, Revalorisation, Urgence ». Parmi eux, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a estimé que « les travailleurs, et travailleuses surtout, du social, du médico-social, de l’aide à domicile se sentent déconsidérés alors qu’ils ont été là pendant toute la crise sanitaire et continuent de l’être ».

Des mesures similaires au Ségur de la santé

Laurent Berger, qui a appelé dimanche dans le JDD à une hausse immédiate de 15 % des salaires pour ces personnels, a réclamé pour ces secteurs le même type « de mesures prises à l’occasion du Ségur de la santé » en faveur des hôpitaux publics et privés. « On reviendra », a-t-il prévenu, « il faut que le gouvernement sache qu’on ne lâchera pas. Ce n’est pas le tout d’applaudir, il faut maintenant une vraie reconnaissance salariale pour ces travailleurs ».

Fin octobre, le gouvernement a donné son feu vert à une première hausse de 2,5 % des salaires des aides à domicile, une mesure très attendue car elle avait été négociée de longue date. Les professionnels attendent désormais que l’Etat avalise une autre hausse des salaires, de 12 % celle-ci, négociée en mai entre les partenaires sociaux, et qui coûterait près de 500 millions d’euros – à répartir entre les départements, en charge de l’aide à domicile, et l’Etat.