Le pape François arrêté pour « trafic d’êtres humains » et pédopornographie ? C’est faux !

FAKE OFF D’après un article mensonger devenu viral sur les réseaux sociaux, le pape François aurait été arrêté au Vatican sous le coup de plus de 80 chefs d’accusation

Tom Hollmann

— 

Le pape François célébrant la messe de l'Epiphanie, le 6 janvier 2020, au Vatican. (illustration)
Le pape François célébrant la messe de l'Epiphanie, le 6 janvier 2020, au Vatican. (illustration) — Alessandra Benedetti/AGF/SIPA
  • Un article initialement publié sur un site conspirationniste canadien affirme que le pape François aurait été arrêté dans la nuit de samedi à dimanche au Vatican.
  • « Trafic d’êtres humains », pédopornographie… L’arrestation du souverain pontife serait soi-disant motivée par plus de 80 chefs d’accusation.
  • Ce n’est pourtant qu’une rumeur. La police italienne, contrairement à ce qui était affirmé, n’est pas en mesure de mener une arrestation contre le chef d’Etat du Vatican, qui a d’ailleurs été vu entre-temps.

« Trafic d’êtres humains », pédopornographie, « inceste »… D’après un article massivement partagé sur les réseaux sociaux, le pape François aurait été arrêté samedi soir, sous le coup de plus de 80 chefs d’accusation, dont certains particulièrement graves.

D'après un article mensonger partagé sur les réseaux sociaux, le pape François aurait été arrêté au Vatican, samedi soir.
D'après un article mensonger partagé sur les réseaux sociaux, le pape François aurait été arrêté au Vatican, samedi soir. - Tom Hollmann

Cette arrestation, prétendument menée par la police italienne, concernerait également d’autres hauts fonctionnaires de l’Etat de la Cité du Vatican et aurait été menée dans la plus grande discrétion, à l’occasion d’une coupure globale d’électricité, samedi soir.

FAKE OFF

Le site canadien Conservative Beaver, qui se définit comme un journal alternatif, a été l’un des premiers a relayer cette rumeur. D’après le média de vérification Lead Stories, Conservative Beaver n’en est pas à son coup d’essai, puisque ce dernier a déjà été épinglé pour avoir annoncé de fausses arrestations de personnalités publiques, telles que Barack Obama, prétendument arrêté pour espionnage, ou le milliardaire Georges Soros, pour interférence dans l’élection présidentielle américaine. La rumeur a été relayée par des personnalités proches de la mouvance complotiste américaine QAnon tel que l’avocat pro- Donald Trump L. Lin Wood, dont les comptes sur les réseaux sociaux ont depuis été supprimés dans la foulée de ceux du président américain.

En France, cet article a été traduit et republié par Laurent Glauzy sur son blog. Auteur prolixe d’enquêtes conspirationnistes, telles qu’Illuminati, De l’industrie du rock à Walt Disney (Babelio, 2012) ou encore Une élite sataniste dirige le monde (Babelio, 2016), Laurent Glauzy avait fait l’objet d’une enquête du site d’information indépendant StreetPress dès 2012.

Ni arrestation, ni coupure de courant : « Une fake news totalement absurde »

Contactée par 20 Minutes, une source au sein de Radio Vatican le confirme : il s’agit d’une « fake news totalement absurde ». Le pape François a en effet été vu depuis sa supposée arrestation. Il est intervenu  en direct dimanche 10 janvier, pour l’Angelus, sa prière hebdomadaire, à l’issue de laquelle il a mentionné les  violences au Capitole lors de la certification de l’élection de Joe Biden par le Congrès américain, mercredi 8 janvier. Le pape est également apparu dans un entretien accordé à la chaîne de télévision italienne Canale 5, où il a confié qu’il irait se faire vacciner contre le Covid-19 cette semaine.

En outre, si le Vatican est situé en plein cœur de Rome, il demeure un Etat souverain, régi par sa propre législation. Il est donc impossible que le bureau du procureur national italien ait pu diligenter une arrestation sur le territoire du Vatican – et encore moins celle du chef de l’Etat – contrairement aux affirmations du Conservative Beaver. L’arrestation du souverain pontife, comme le fait remarquer Lead Stories, serait en outre un événement diplomatique majeur et inédit. Pourtant, ni le Vatican, ni la communauté internationale n’ont réagi à cette supposée mise sous écrou.

D’après le Conservative Beaver, l’arrestation du pape François aurait été facilitée par une coupure générale d’électricité dans la nuit de samedi à dimanche qui aurait permis aux forces de police d’opérer en toute discrétion. Il n’y a néanmoins eu aucune panne de courant au Vatican cette nuit-là, comme l’a souligné le compte Twitter Fake Investigation.