Vaccination : Les premières doses du vaccin Moderna livrées ce lundi dans l’est de la France

INJECTIONS De Mulhouse à Toulon, les zones où le coronavirus circule le plus ont été désignées comme prioritaires, a indiqué le ministère de la Santé

20 Minutes avec AFP

— 

Une infirmière prépare un vaccin Moderna (image d'illustration).
Une infirmière prépare un vaccin Moderna (image d'illustration). — AFP

C’est le deuxième vaccin autorisé en France. Plus de 50.000 doses du vaccin Moderna contre le Covid-19, qui vient d’être autorisé en Europe, seront livrées ce lundi pour être acheminées dans le Grand Est, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Paca afin d’être utilisées dans la semaine, a annoncé dimanche le ministère de la Santé.

L’arrivée de ce 2e vaccin, après celui de BioNTech/Pfizer, « ouvre la voie à une première livraison de doses dès ce lundi, pour un volume de 5.160 flacons contenant chacun 10 doses de vaccin, qui s’ajoute aux livraisons hebdomadaires du vaccin Pfizer », a précisé le ministère dans un communiqué.

Disponible en centre de vaccination

Ces doses, a souligné le ministre Olivier Véran sur Europe 1, seront « dispatchées » d’ici à mercredi dans les zones où le virus circule le plus, c’est-à-dire à Mulhouse, Colmar, Strasbourg, Reims, Nancy, Metz, Lons-le-Saunier, Besançon, Dijon, Moulins, Nice et Toulon, selon les précisions fournies par son cabinet. Les établissements de santé de ces villes seront « approvisionnés dans la semaine, et à travers eux les centres de vaccination » des régions concernées.

D’ici fin juin, « près de huit millions de doses » du vaccin Moderna doivent être livrées en France, selon le ministère, qui précise que le circuit de distribution de ce nouveau vaccin « aura vocation dans les prochaines semaines à basculer vers le circuit officinal qui maille la France de manière extrêmement fine ».

100.000 vaccinés dans le week-end

Le vaccin Moderna a reçu vendredi le feu vert de la Haute Autorité de santé (HAS), deux jours après avoir reçu celui de l’Union européenne. Il doit être administré en deux injections – comme le vaccin BioNTech/Pfizer –, espacées d’au moins 28 jours, mais présente moins de contraintes en termes logistiques, puisqu’il doit être stocké à -20 degrés, au lieu de -80.

Concernant la première vague de vaccination, avec les doses BioNTech/Pfizer, la France devrait « dépasser les 100.000 » vaccinés ce week-end, a souligné Olivier Véran sur Europe 1. Le ministre s’est dit serein face aux « fausses polémiques » sur une supposée lenteur de la campagne de vaccination.