Coronavirus : Les acteurs de la montagne réclament une date de reprise d’ici le 20 janvier

EPIDEMIE Les professionnels et élus de la montagne ont réclamé vendredi au gouvernement de donner le 20 janvier, une date « définitive » de réouverture des stations des remontées afin de sauver la saison

C.G. avec AFP

— 

Illustration d'une station de ski.
Illustration d'une station de ski. — FELICE CALABRO'/IPA/SIPA

Les professionnels et élus de la montagne ont réclamé vendredi au gouvernement de donner le 20 janvier, lors du rendez-vous fixé par le Premier ministre, une date « définitive » de réouverture des remontées mécaniques afin de sauver les vacances de février.

« Privés de 80 % d’activité à Noël, avec 1,6 milliard d’euros de pertes de chiffres d’affaires, qui s’ajoutent au 1,7 milliard déjà perdu en mars-avril, les territoires montagnards ne comprennent pas » le nouveau report de décision du gouvernement, souligne Domaines skiables de France (DSF) dans un communiqué.

« Le seul moyen de relancer les réservations »

Une décision d’ouverture prononcée à cette date « est le seul moyen de relancer une dynamique de réservation pour réussir un mois de février qui pèse 40 % des recettes d’une année normale mais est déjà amputé de la clientèle étrangère et de la fermeture des restaurants, bars et discothèques », souligne Alexandre Maulin, président de DSF.

« Une date définitive doit être donnée le 20 janvier au plus tard afin de préparer au mieux les vacances de février », renchérit l’Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM) qui demande aussi au gouvernement de « compenser en totalité les pertes subies durant ces derniers mois ». « Il en va de la survie de notre modèle économique et des dizaines de milliers d’emplois dans nos territoires », conclut-elle.