Vaccination : 500 centres vont être créés d’ici deux semaines, annonce Gabriel Attal

PANDEMIE Cinq à six centres par département, hors hôpitaux, devraient ainsi ouvrir leurs portes rapidement pour vacciner la population contre le Covid-19

20 Minutes avec AFP

— 

Un centre de vaccination contre le Covid-19 en Allemagne (image d'illustration).
Un centre de vaccination contre le Covid-19 en Allemagne (image d'illustration). — Action Press//SIPA

La France sera dotée dans deux semaines de 500 centres de vaccination hors hôpitaux, a précisé ce mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, alors que l’opposition pilonne le « fiasco » de la stratégie de l’exécutif.

« Nous ouvrons 100 centres destinés à la ville. Ce n’est qu’un début : nous en ouvrirons 300 la semaine prochaine et 500 celle d’après », a déclaré le représentant du gouvernement à l’issue du premier Conseil des ministres de l’année. « Le président de la République a indiqué 500 à 600 centres dans les prochaines semaines, c’est-à-dire cinq à six par département », a-t-il rappelé. En outre, « le nombre d’hôpitaux qui permettent de vacciner des soignants, a été multiplié par trois ce matin » et « va continuer à monter en puissance », a ajouté Gabriel Attal.

Des concertations avec les élus

A propos du vaccin Pfizer/BioNTech, Gabriel Attal a précisé que la France aurait « ce soir un total d’un million de doses » et recevrait « 500.000 doses supplémentaires par semaine ». Pour le vaccin du laboratoire américain Moderna, validé ce mercredi par l’Agence européenne des médicaments (EMA), « la Haute Autorité de santé rendra son avis très rapidement, ce qui nous permettra également d’être approvisionnés pour ce vaccin à raison de 200.000 doses sur le premier mois puis de 500.000 doses par mois », a ajouté Gabriel Attal.

Le gouvernement entend « mener efficacement » la campagne de vaccination « et le président de la République a à nouveau été très clair sur ce point : nous n’avons qu’une option sur la table, celle de réussir », a-t-il aussi rapporté.

« Cette campagne de vaccination nous la réussirons avec les élus », a lancé le porte-parole, en rappelant que cette campagne a été « élaborée en étroite concertation avec les associations d’élus, avec le Parlement » avec des réunions « quasiment chaque semaine depuis maintenant plusieurs mois ». Les élus locaux, eux, dénoncent comme au printemps les carences d’un Etat à leurs yeux trop centralisé et proposent leurs services pour accélérer cette campagne.