Lyon : Une pétition lancée contre le téléphérique, projet phare des écologistes

TRANSPORTS EN COMMUN La nouvelle majorité écologiste du Sytral a acté la réalisation d'un téléphérique entre les villes de Lyon et Francheville à l'horizon 2026

Caroline Girardon

— 

Illustration d'un téléphérique ici à Brest.
Illustration d'un téléphérique ici à Brest. — Crédit FRED TANNEAU / AFP
  • Une pétition a été lancée pour contrer le projet de téléphérique qui devrait relier les villes de Lyon, Francheville, Sainte-Foy-les Lyon et la Mulatière à l’horizon 2025.
  • Cette liaison était l’un des projets phares des verts lors de la campagne pour les élections municipales.

L’idée était déjà largement développée dans leur programme de campagne. Projet phare des écologistes, le téléphérique qui pourrait relier Francheville à la ville de  Lyon et qui figure dans le nouveau plan de mandat du Sytral, est loin de faire l’unanimité. Une pétition a d’ailleurs été lancée par un ancien élu de Sainte-Foy-les-Lyon pour s’opposer à cette réalisation qui devrait voir le jour à l’horizon 2026. Et derrière, une association « Touche pas à mon ciel » est en cours de constitution.

« Nous avons droit à un ciel sans entrave, sans câble, sans pylône, sans téléphérique », explique le coordinateur du collectif réunissant des habitants de Francheville, Sainte-Foy et la Mulatière.

41 pylônes

Selon les études et la cartographie d’avant-projet, 41 pylônes de 50 mètres seront implantés sur le tracé. De quoi défigurer le paysage lyonnais, selon les opposants. « La colline de Fourvière comme le plateau de Sainte-Foy ou de Francheville feront face à un bouleversement paysager qui coupera nos villes », explique le collectif. Ce n’est pas tout. Selon l’ancien élu, 1.300 maisons seront survolées par ce futur téléphérique qui traversera également des zones protégées par les architectes des bâtiments de France.

Critiquant la façon dont le projet a été décidé, sans aucune concertation avec les communes et les habitants, le collectif dénonce également l’utilité réelle de cette liaison. « Les modes de calcul utilisées par le Sytral pour justifier ce projet ont de quoi laisser perplexe. En 2019, le Sytral avait publié une étude sur le câble urbain précisant qu’il y aurait entre 4.000 et 9.000 utilisateurs par jour sur cette ligne. En 2020, la majorité écologiste au Sytral mentionne, dans une nouvelle étude, entre 20.000 et 25.000 voyageurs par jour. Une multiplication inexpliquée et inexplicable », argumente-t-il voyant là un projet « nombriliste », destiné uniquement à marquer les esprits avant les prochaines élections municipales.