Rennes : L’arrêt à la demande testé sur deux lignes de bus à partir de 22h

TRANSPORTS Le dispositif doit permettre de réduire le risque d’agression ou d’harcèlement

Jérôme Gicquel

— 

Illustration d'une femme à un arrêt de bus, ici à Rennes.
Illustration d'une femme à un arrêt de bus, ici à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • A partir de ce lundi soir, il sera possible de descendre entre deux arrêts de bus sur le réseau rennais.
  • Le dispositif vise à sécuriser les voyageurs, notamment les femmes, en les rapprochant le plus possible de leur domicile. 
  • Le service sera d'abord testé sur deux lignes de bus avant d'être progressivement généralisé sur l'ensemble du réseau. 

Le dispositif est déjà en vigueur dans plusieurs métropoles, notamment à Nantes, Bordeaux, Lyon et sur une soixantaine de lignes de bus en région parisienne. Un décret publié le 21 octobre 2020 au Journal Officiel vise d’ailleurs à le généraliser sur l’ensemble du territoire en supprimant « les obstacles réglementaires à la mise en œuvre du dispositif de descente à la demande ».

A partir de ce lundi soir, c’est sur le réseau de bus rennais que l’arrêt à la demande sera testé en soirée. Tous les jours de la semaine à partir de 22h, les femmes ou les hommes voyageant seuls pourront ainsi demander au chauffeur du bus de s’arrêter entre deux arrêts afin de les rapprocher de leur domicile. Un dispositif qui doit permettre de « rassurer les personnes qui ne se sentent pas en sécurité en rentrant chez elles » selon Matthieu Theurier, vice-président de la métropole chargé des transports, qui le voit aussi comme « un outil d’égalité femmes-hommes ».

D’abord sur deux lignes avant d’être généralisé sur le réseau

Le réseau Star tournant encore au ralenti en soirée avec le couvre-feu de 20h à 6h du matin, le service ne sera expérimenté que sur les lignes C1 et 57 dans un premier temps avant d’être généralisé progressivement sur l’ensemble du réseau. Le Star précise par ailleurs que la descente ne pourra pas se faire n’importe où. « Le conducteur ou la conductrice reste juge de la faisabilité ou non de votre demande et doit s’assurer que toutes les conditions sont respectées pour effectuer un arrêt en toute sécurité », indique-t-il sur son site Internet, précisant que « la descente se fait exclusivement par la porte avant du véhicule ».

L’arrêt à la demande ne sera pas possible en revanche pour les personnes à mobilité réduite « pour des raisons de sécurité », assure le Star. « Les personnes se déplaçant en fauteuil roulant ne peuvent descendre qu’aux points d’arrêts aménagés », précise le service de bus et métro de la métropole.