Doubs : Près de 50 vacanciers français placés à l’isolement à leur retour de Suisse

PRECAUTIONS Les contrôles se sont déroulés samedi après-midi au cours d’une opération spécialement mise en place à la frontière, et ont visé près de 200 véhicules

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de policiers en Suisse.
Illustration de policiers en Suisse. — AFP

Après le ski, la quarantaine. La préfecture du Doubs a annoncé dimanche avoir pris des arrêtés de mise à l’isolement à l’encontre de 48 vacanciers français de retour de Suisse et ne pouvant présenter un justificatif de test négatif au Covid-19.

« Ces arrêtés ont été pris dans un contexte de retour en France de personnes s’étant rendues en Suisse dans des zones à risque, dans des stations de ski », a déclaré à l’AFP le directeur de cabinet du préfet du Doubs et sous-préfet, Jean Richert, confirmant une information de France Bleu Belfort-Montbéliard.

Les contrôles se sont déroulés samedi après-midi au cours d’une opération spécialement mise en place à la frontière, et ont visé près de 200 véhicules.

Test négatif ou isolement pour toute personne revenant de l’étranger

Selon un décret du 19 décembre 2020, les personnes de retour de l’étranger doivent présenter un justificatif de test de dépistage du Covid-19 datant de moins de 72 heures démontrant qu’elles ne sont pas contaminées. Dans le cas contraire, elles s’exposent à une « mise en quarantaine » ou un « maintien à l’isolement ». « Chaque arrêté est nominatif, il précise l’identité de la personne ainsi que le lieu où l’isolement sera réalisé », le plus souvent au domicile, a ajouté Jean Richert.

L’isolement est prévu pour sept jours. Les possibilités de déplacement sont limitées aux courses alimentaires, aux convocations administratives ou judiciaires et aux démarches de soins, y compris pour réaliser un test. Un test négatif permet de mettre fin à l’isolement.

« Il convient d’être prudent, on sait que la Suisse est extrêmement impactée par la circulation virale, les personnes qui se rendraient dans ce pays, notamment à l’occasion de vacances au ski, doivent en tirer les conséquences pour revenir dans les conditions réglementaires », a prévenu Jean Richert. D’autres opérations de contrôle de ce type « ont vocation » à se renouveler, a-t-il fait savoir.