Bouches-du-Rhône : Betoobe, la téléphonie d’entreprise contre l’obsolescence programmée

2021 A DU TALENT L’année 2021 a débuté et « 20 Minutes » vous présente celles et ceux qui vont l’animer par leur créativité, leur performance ou leur bienveillance. A Marseille, Sébastien Reverdy et Julien Fournier ont lancé une gamme de services pour simplifier la téléphonie mobile des entreprises

François Maliet

— 

Sébastien Reverdy et Julien Fournier les fondateurs de Betoobe.
Sébastien Reverdy et Julien Fournier les fondateurs de Betoobe. — Betoobe.
  • En ce début d’année, 20 Minutes vous présente celles et ceux qui feront l’actu en 2021 grâce à leur action associative, leur performance sportive, leur esprit d’entreprise ou leur créativité.
  • Sébastien Reverdy et Julien Fournier ont lancé une gamme de service pour simplifier la téléphonie mobile des entreprises.
  • Après une croissance de 215 % en 2020, les deux fondateurs espèrent encore doubler leurs résultats de 2020.

Leurs chiffres ont de quoi surprendre, étant donné l’année écoulée. Un peu comme si la crise sanitaire n’avait pas eu prise. Peut-être même leur a-t-elle été profitable ? En tout cas, les résultats sont là : la société Betoobe, basée à Saint-Rémy-de-Provence, dans les Bouches-du-Rhône, annonce pour 2020 un chiffre d’affaires de 810 000 euros, contre 257 000 pour l’année précédente. Soit 315 % de croissance.

Le créneau permettant un tel développement ? Celui que Sébastien Reverdy, 45 ans, et Julien Fournier, 34 ans, les cofondateurs, ont lancé il y a de cela deux ans : proposer une gamme de services pour simplifier la téléphonie mobile des entreprises. On y trouve un « support à la gestion de flotte », le « déploiement de terminaux » (à savoir des téléphones et/ou tablettes), mais aussi, et surtout, la « réparation et le dépannage », et la « reprise et le recyclage ».

« Développer l’intelligence d’usage »

« Sur les derniers mois, nous avons géré plus de 19.000 lignes, déployé 11.000 terminaux et assuré le recyclage de près de 17 tonnes de déchets électroniques », assuraient récemment les deux spécialistes de la téléphonie dans un communiqué.

Lesquels aiment mettre en avant les aspects environnementaux de leur démarche. « Notre logiciel de suivi a la particularité de permettre aux entreprises d’augmenter la durée de vie des terminaux de 24 à 36 mois, complète Sébastien Reverdy. Il faut arrêter avec l’idée que les opérateurs de téléphonie doivent financer de nouveaux appareils pour que leurs clients ne partent pas. Cela peut être intéressant, mais ce n’est pas vertueux. Quand de nouvelles entreprises nous contactent, la première chose que nous disons est : « Gardez vos terminaux, ils fonctionnent ! » S’il est dur de lutter contre l’obsolescence programmée, on peut développer l’intelligence d’usage, c’est-à-dire n’acheter que lorsque cela est nécessaire. »

L’intérêt pour leurs clients ? Faire très rapidement des économies. Et cela fonctionne, à en croire les résultats de cette start-up comptant actuellement dix-sept salariés, dont huit sont externalisés. Cette année, les deux entrepreneurs espèrent doubler les résultats de 2020. « Pour cela, nous allons embaucher un peu plus de 15 personnes », indique Sébastien Reverdy. Affaire à suivre, donc.