Des gendarmes, lors d'une rave party qui s'est déroulée à Guignen, au sud de Rennes., en octobre 2020
Des gendarmes, lors d'une rave party qui s'est déroulée à Guignen, au sud de Rennes., en octobre 2020 — Gendarmerie d'Ille-et-Vilaine

FIESTA

Coronavirus en Ille-et-Vilaine : Près de 2.500 personnes ont participé à une rave party le soir du Nouvel an

Les gendarmes ont essuyé des jets de bouteilles et de pierres, occasionnant des blessures légères

Plus de 2.500 personnes participé à une fête sauvage vendredi matin sur la commune de Lieuron (Ille-et-Vilaine), au sud de Rennes, a-t-on appris auprès de la préfecture. « Il y a un rassemblement de quelques centaines de "teufeurs" à Lieuron. Il y a toujours du monde, a indiqué la préfecture, confirmant une information de Ouest-France. Un arrêté préfectoral interdisait ce type de rassemblement », a ajouté la préfecture.

« Après avoir joué au chat et à la souris avec les forces de l’ordre, les fêtards se sont installés dans un hangar vide appartenant à une société de transport située à Lieuron, le long de la D177 entre Rennes et Redon », ont précisé nos confrères de France Bleu. « Les gendarmes du groupement de gendarmerie d’Ille-et-Vilaine ont tenté d’empêcher cette installation et ont fait face à la violente hostilité de nombreux teufeurs », précise la prefecture dans un communiqué publié ce vendredi midi. Un véhicule de la gendarmerie a été incendié, trois autres dégradés et les militaires ont essuyé des jets de bouteilles et de pierres, occasionnant des blessures légères.

Distribuer gel et masques afin de limiter les risques de propagation du virus

Les sapeurs-pompiers ont procédé à cette évacuations vers l’hôpital cette nuit pour des blessures. Quant à la protection civile, elle a, dans le contexte sanitaire Covid-19, distribué gel et masques afin de limiter les risques de propagation du virus au sein du rassemblement.

Les gendarmes et les pompiers étaient encore sur place à 9 heures, ce vendredi matin, pour sécuriser les lieux et un hélicoptère devait décoller pour évaluer précisément le nombre de fêtards. Ce matin, le nombre de teufeurs a donc été estimé à 2.500, qui viendraient, selon la gendarmerie, de toute la France voire de Pologne.

S’agissant du volet judiciaire, le parquet a confié une enquête à la brigade de recherches de la gendarmerie de Redon pour notamment, "organisation illicite d’un rassemblement festif à caractère musical" et "violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique".