C’est l’heure du BIM : Trois soldats tués au Mali, Bella souffle encore et Marseille sous les déchets

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

X.M.
— 
Un militaire français de l’opération Serval, au Mali en 2013.
Un militaire français de l’opération Serval, au Mali en 2013. — A.ROBIN/ECPAD EMA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Trois soldats français ont été tués lundi en opération au Mali

L’armée française est en deuil et c’est une nouvelle fois vers le Mali que vont se baisser les bérets des militaires. Trois soldats français ont en effet été tués lundi en opération dans ce pays, dans la région de Hombori (centre), où la force antiterroriste française Barkhane concentre ses efforts depuis janvier. « Leur véhicule blindé a été atteint par un engin explosif improvisé alors qu’ils participaient à une opération dans la région de Hombori », a annoncé l'Elysée dans un communiqué. Au total, 47 soldats français sont morts depuis le début de l’opération Serval en 2013.

La tempête Bella met huit départements en vigilance orange

Bella n’a toujours pas quitté la France. Huit départements ont été placés en vigilance orange en raison de chutes de neige et de la tempête Bella​, ce mardi, a annoncé Météo France dans son bulletin de 6 heures. Les départements concernés par cette alerte neige-verglas sont le Puy-de-Dôme, la Corrèze, le Cantal, l’Aveyron et la Lozère. Le Gers, les Landes et le Lot-et-Garonne le sont eux pour une alerte aux crues. Cet épisode neigeux « remarquable » est « susceptible de perturber notablement la circulation routière », prévient Météo-France, qui appelle à la vigilance.

A Marseille, les CRS déployés pour débloquer un dépôt d’ordures

La situation ne s’arrange pas dans les rues de Marseille. Après 12 jours de grève des éboueurs travaillant dans trois arrondissements de la ville, les ordures ont continué de s’accumuler lundi. Pour répondre à cette situation, les autorités ont fini par choisir la manière forte. Des CRS ont ainsi été déployés lundi soir devant un entrepôt pour le débloquer. Selon la préfecture de police des Bouches-du-Rhône, « plus de 900 tonnes de déchets n’ont pu être collectées » depuis le début de ce mouvement, notamment dans le quartier historique du Panier et dans les quartiers populaires du nord de la cité phocéenne.