Gard : Enquête après des inscriptions haineuses taguées sur une mosquée à Beaucaire

RACISME Le préfet du Gard, Didier Lauga, a condamné des « faits inacceptables » et appelle « à ne pas répondre à ces provocations honteuses »

20 Minutes avec AFP

— 

Beaucaire, dans le Gard
Beaucaire, dans le Gard — Claude Paris/AP/SIPA

Une enquête a été ouverte dimanche après la découverte « d’inscriptions racistes et haineuses » sur la porte d’une mosquée à Beaucaire, dans le Gard, a annoncé dimanche le préfet, Didier Lauga, en condamnant des « faits inacceptables ». « Dans la nuit de samedi à dimanche, la porte de la salle de prière Al Salam (…) à Beaucaire, a été recouverte d’inscriptions racistes et haineuses », rapporte dans un communiqué le représentant de l’Etat en appelant « à ne pas répondre à ces provocations honteuses ».

« Une enquête a immédiatement été ouverte pour identifier et appréhender le ou les auteurs pour qu’ils soient déférés devant les autorités judiciaires », indique-t-il. La ville de Beaucaire, dirigée par Julien Sanchez, membre du Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen, a condamné, sur Facebook, « avec la plus grande fermeté (ce) tag visant la religion musulmane ».

« La menace et l’injure n’ont pas leur place dans notre ville »

« Qu’elles concernent les catholiques, les juifs, les musulmans mais aussi bien sûr toute croyance ou opinion politique, la menace et l’injure n’ont pas leur place dans notre ville et dans une démocratie », écrit la mairie dans un communiqué en souhaitant que « l’auteur de ces inscriptions soit identifié et retrouvé rapidement ».