Coronavirus : Des drones pour surveiller les fêtes de fin d’année ? Oui, mais en Belgique !

FAKE OFF D’après une publication virale sur Facebook, la police pourrait déployer des drones équipés de caméras thermiques afin de surveiller le respect des règles sanitaires entre Noël et le Nouvel an

Tom Hollmann

— 

Vol d'un drone, en Allemagne (photo d'illustration)
Vol d'un drone, en Allemagne (photo d'illustration) — CHRISTOPHE GATEAU / DPA / AFP
  • Des drones équipés de caméras thermiques seront-ils utilisés par la police pour nous surveiller pendant les fêtes de fin d’année ? C’est en tout cas ce que laisse entendre une publication virale sur Facebook, visionnée plus de 60.000 fois dans les vingt-quatre dernières heures.
  • En réalité, cette information a été donnée par la chaîne de télévision belge RTL Info, et ne concernera que la province flammande du Limbourg, et non la France comme le comprennent certaines personnes.
  • La police locale aura à sa disposition des drones équipés d’une caméra thermique pour limiter les grands rassemblements et les feux d’artifice, qui ont été interdits, entre Noël et le Nouvel an. Elle assure que ces drones n’ont pas vocation à surveiller les habitants dans leur intimité.

Et si Big Brother s’invitait à votre table pour Noël et la Saint-Sylvestre ? D’après une publication vue plus de 60.000 fois dans les dernières vingt-quatre heures sur Facebook, la police se préparerait à déployer des drones pour surveiller le respect des règles sanitaires lors des fêtes de fin d’année.

Des drones pour surveiller le respect des règles sanitaires lors des fêtes de fin d'année ?
Des drones pour surveiller le respect des règles sanitaires lors des fêtes de fin d'année ? - Tom Hollmann

Le post montre un plateau de JT avec un bandeau en bas de l’écran : « Coronavirus : La police utilisera des drones pour surveiller les fêtes de fin d’année ». Sur la photo, un commentaire a été ajouté, indiquant que ces drones auraient une vision « thermique » afin de pouvoir exercer une surveillance directe dans les maisons et les appartements.

Si la photographie a suscité l’indignation des internautes, les fêtards n’ont pourtant pas de raison de s’inquiéter dans l’Hexagone. 20 Minutes vous explique.

FAKE OFF

Si nos pays ont des frontières, Internet n’en a pas. La photographie postée dans cette publication virale sur Facebook provient bien d’un journal télévisé… mais d’une édition belge, et non française.

Le 10 décembre dernier, la chaîne RTL Info a diffusé ce sujet sur la surveillance policière et le respect des mesures sanitaires pour limiter la propagation du Covid-19 pendant les fêtes de fin d’année. Dans ce reportage, il est expliqué que la police de la province du Limbourg, dans l’est de la Flandre, sera en mesure d’utiliser des drones équipés de caméras thermiques pour s’assurer qu’il n’y a pas de grands rassemblements sur son territoire entre Noël et le Nouvel an.

Une dérive sécuritaire ?

Reste que pour de nombreux internautes, la pratique a de quoi susciter l’inquiétude. En survolant des habitations avec leurs caméras thermiques, les policiers ne pourront-ils pas observer leurs concitoyens directement chez eux ? « Dans la pratique, évidemment, quand on survole un quartier, on va survoler les habitations, les rues, les parcs », a souligné l’Organe de contrôle de l’information policière auprès de RTL Info.

La police se veut toutefois rassurante : « Les images que l’on reçoit, qu’elles soient thermiques ou normales, aident les équipes à vérifier si les mesures "corona" sont respectées, notamment pour les feux d’artifice interdits. Notre but n’est certainement pas d’aller dans les jardins privés. Nous n’utilisons pas les drones pour ça. »

Malgré toute la bonne volonté de la police du Limbourg, cette mesure est une « porte ouverte à toutes les dérives parce qu’on constate qu’il y a de plus en plus de possibilités d’ingérence au sein du domicile et des habitations privées », estime Cédric Bernes, avocat au barreau de Namur, au micro de RTL Info.