Coronavirus : La mortalité n’a pas pris en compte les arrêts cardiaques à domicile, affirment des chercheurs

EPIDEMIE Les patients atteints du Covid-19 et victimes d’un arrêt cardiaque chez eux représentent environ 12,4 % de décès supplémentaires, selon une équipe lilloise

20 Minutes avec AFP

— 

Image d'illustration d'un véhicule du Samu.
Image d'illustration d'un véhicule du Samu. — Martin BUREAU / AFP

Les chiffres de mortalité dus au Covid-19 sont sous-évalués, dans une proportion qui serait de 12,4 %, car ils ne prennent pas en compte les décès à domicile de patients victimes d’arrêt cardiaque, selon une étude publiée le 14 décembre par une équipe de recherche lilloise.

« Il nous paraissait inimaginable que les gens ne meurent du Covid-19 qu’à l’hôpital et en Ehpad, ce qui nous a été confirmé par les remontées du terrain de la part des urgentistes », résume pour l’AFP le Pr Hervé Hubert, président du Registre national des arrêts cardiaques (RéAC).

Une estimation assez précise

« Ils faisaient régulièrement état de cas de patients Covid victimes d’arrêt cardiaque chez eux. Nous leur avons alors demandé de diagnostiquer systématiquement si les patients décédant d’arrêts cardiaques étaient aussi touchés par le Covid-19 », poursuit le Pr Hubert, du département Santé publique de l’Université de Lille (ULR 2694).

Publiée lundi dans la revue BMC Medical Research Methodology et rapportée jeudi par La Voix du Nord, cette étude confirme l’hypothèse : selon le Pr Hubert, «  les décès à domicile représenteraient 12,4 % du bilan des décès liés au Covid-19 enregistré à l’hôpital et dans les Ehpad », qui servent de base aux statistiques sur la mortalité liée au virus. « C’est une information que n’avait pas la Direction générale de la Santé ou Santé publique France », a-t-il affirmé.

Mieux orienter les patients

Cette étude a été réalisée sur une période de 45 jours entre début mars et mi-avril durant la première vague de l’épidémie, auprès de 20 centres SMUR répartis sur tout le territoire et représentant 10 % de la population.

Depuis, « nous avons continué notre monitorage, et la tendance est la même », selon ce spécialiste. La poursuite des recherches a aussi montré qu’aucun patient diagnostiqué Covid-19 victime d’un arrêt cardiaque « ne survivait à 30 jours, alors que ce taux de survie est de 5 à 6 % » pour les autres. « Il est nécessaire d’améliorer les procédures de tri des patients Covid-19, qu’ils soient mieux orientés dès lors qu’ils passent devant un médecin » et limiter ainsi la mortalité domestique, alerte le Pr Hubert.