Suicide des agriculteurs : Le Sénat ouvre une plateforme pour recueillir la parole des proches

DRAME Un agriculteur se donne chaque jour la mort selon les chiffres de la Mutualité sociale agricole

J.G. avec AFP

— 

Alignement de croix blanches à Sainte-Anne d'Auray, dans le Morbihan, en hommage aux agriculteurs qui se sont suicidés.
Alignement de croix blanches à Sainte-Anne d'Auray, dans le Morbihan, en hommage aux agriculteurs qui se sont suicidés. — J. S. Evrard / AFP

Le suicide demeure un tabou dans le monde agricole. Les chiffres sont pourtant dramatiques avec environ un suicide par jour chez les agriculteurs selon les chiffres de la Mutualité sociale agricole datant de 2015. Pour le briser, le Sénat a ouvert ce mercredi une plate-forme en ligne sur son site afin de recueillir les témoignages de proches d’agriculteurs ayant mis fin à leur jour. L’initiative vise à « élaborer des pistes utiles et concrètes pour lutter contre ces drames silencieux », précise un communiqué.

« La parole est entièrement libre et chaque contribution sera utile, affirme le sénateur de l’Hérault Henri Cabanel. Ce fléau se renforce du silence qui l’entoure ». La consultation en ligne, prévue pour durer jusqu’au 15 janvier, est organisée à l’initiative de la commission des Affaires économiques, qui compte depuis l’an dernier un groupe de travail intitulé Agriculteurs en situation de détresse. Ce groupe vise à « dégager des pistes en vue d’améliorer l’identification et l’accompagnement des agriculteurs victimes de situation de détresse » et, in fine, « d’agir pour prévenir plus efficacement ces situations ».

Un plan pour mieux accompagner les agriculteurs en souffrance

La semaine dernière, le député de la majorité du Lot-et-Garonne, Olivier Damaisin, a remis au gouvernement un rapport recommandant notamment de mieux coordonner localement l’accompagnement des agriculteurs en souffrance. Dans la foulée, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a indiqué qu’il proposerait « dans les prochains mois » un « plan d’action opérationnel » sur le sujet, en lien avec les ministres de la Santé et du Travail.

L’association Solidarité Paysans, qui assiste les agriculteurs en détresse financière, judiciaire, matérielle et morale, a jugé que ce rapport n’est « pas à la hauteur des enjeux », car il n’interroge « ni le modèle agricole, ni les conditions d’exercice du métier ».