Coronavirus : Non, la date d’un troisième confinement n’a pas été décidée par le gouvernement

FAKE OFF Plusieurs publications virales sur les réseaux sociaux annoncent la mise en place un troisième confinement à partir du 4 janvier prochain. C’est faux

T.H.

— 

La Police Municipale effectue un contrôle des attestations de déplacement dérogatoires sur le marché Libération, à Nice
La Police Municipale effectue un contrôle des attestations de déplacement dérogatoires sur le marché Libération, à Nice — SYSPEO/SIPA

Tout serait déjà prévu. D’après plusieurs publications virales sur les réseaux sociaux, un troisième confinement pour lutter contre l’épidémie de Coronavirus serait d’ores et déjà prévu du « 4 janvier jusqu’au 21 février 2021 ». Une annonce saugrenue, alors même que la France ne sortira du deuxième confinement que le 15 décembre prochain au plus tôt, à condition de descendre en dessous de 5.000 nouveaux cas quotidiens de Covid-19 – une perspective qui, à une semaine de l'échéance, semble désormais irréaliste.

Des publications virales annoncent un troisième confinement entre le mois de janvier et le mois de février.
Des publications virales annoncent un troisième confinement entre le mois de janvier et le mois de février. - Tom Hollmann

Les publications Facebook annonçant un reconfinement début janvier, visionnées plusieurs millions de fois, reprennent toutes un même tweet publié dimanche matin. Dans ce dernier, un internaute évoque une « réunion à l’hôpital » de la ville dans laquelle il réside au cours de laquelle les nouvelles dates de confinement auraient été annoncées aux « équipes hospitalières ». Selon l’auteur du tweet, la direction disposerait même des nouvelles attestations dérogatoires.

FAKE OFF

Contacté par 20 Minutes, le ministère des Solidarités et de la Santé a fait savoir que ces propos « ne sont clairement que des rumeurs », et qu’il n’était pas dans les projets du gouvernement de planifier un troisième confinement pour le moment. « Si les chiffres nous obligent, chaque jour, à être vigilants, nous travaillons pour que les Français puissent ressortir, et pas le contraire ! »

Egalement contacté, le Centre interministériel de crise du ministère de l’Intérieur a formellement démenti la planification d’un troisième confinement et l’existence de nouvelles attestations de déplacement dérogatoire. Ces dernières, pour exister, devraient d’ailleurs être associées à de nouvelles mesures restrictives, que le gouvernement n’a pour l’heure pas annoncées.