Saint-Malo : Les chaussettes solidaires Josette & Tic changent de pointure

MODE Spécialisée dans les chaussettes haut de gamme, la société compte désormais six boutiques, la dernière ouvrant ce mardi à Rennes

Jérôme Gicquel
— 
Ancien pompier, Adrien  Bischoff s'est reconverti dans la chaussette en 2011.
Ancien pompier, Adrien Bischoff s'est reconverti dans la chaussette en 2011. — Josette & Tic
  • Fondée en 2011 à Saint-Malo, la marque de chaussettes Josette & Tic ouvre sa sixième boutique à Rennes ce mardi.
  • Spécialisée dans les chaussettes haut de gamme, la marque participe aussi à des actions solidaires en reversant de l’argent à l’ONG Enfants du Mékong.
  • Dans sa nouvelle boutique rennaise, une recyclerie de chaussettes va également voir le jour.

Il ne vend pas des chaussettes, il « élève des Josettes ». Et en neuf ans, force est de constater que son élevage a bien grandi. Ce mardi, Adrien Bischoff ouvrira sa sixième boutique rue de Toulouse à Rennes, sa seconde dans la capitale bretonne. Pour cet ancien sapeur-pompier professionnel, l’aventure Josette & Tic a démarré en 2011 à Saint-Malo. Reconverti dans la finance, le trentenaire a alors l’idée de se lancer dans le business de la chaussette haut de gamme. « Pendant longtemps, j’ai dû travailler en costume. Avec la cravate, les chaussettes étaient la seule fantaisie que je pouvais me permettre. J’aimais bien la couleur, mais j’avais souvent du mal à en trouver », nous confiait-il en 2012.

D’abord vendues en ligne, ses chaussettes colorées fabriquées au Portugal ont vite trouvé des adeptes. Il en vend aujourd’hui 100.000 paires chaque année. « On renouvelle la gamme très souvent en développant des univers comme les contes russes pour ces fêtes de fin d’année », indique le créateur de la marque. Pour fidéliser sa communauté, il n’hésite pas d’ailleurs à la mettre à contribution. Chaque année, la marque commercialise ainsi les deux modèles de Josette conçus par les internautes qui ont obtenu le plus de votes.

La marque soutient l’ONG Enfants du Mékong

Bien que freinée par l’épidémie de coronavirus, qui a déjà fait de la casse dans le secteur de l’habillement, la marque Josette & Tic veut encore grandir. Seulement présente en Bretagne (Saint-Malo, Rennes, Dinard et Nantes), elle prévoit dans les prochains mois de s’implanter dans d’autres grandes villes françaises. « On a lancé des pistes dans plusieurs villes mais on ne se précipite pas car on recherche les meilleurs emplacements », assure Adrien Bischoff.

Bien occupé à développer son affaire, l’ancien pompier n’en oublie pas pour autant le projet solidaire qui anime sa marque depuis ses débuts. Associé à Enfants du Mékong, l’entrepreneur reverse ainsi une partie de sa marge à l’ONG. « Toutes les dix paires vendues, l’association peut offrir un uniforme à un enfant en Asie du Sud-Est », souligne le chef d’entreprise.

Une recyclerie de chaussettes dans sa nouvelle boutique rennaise

Dans sa nouvelle boutique rennaise, Adrien Bischoff compte d’ailleurs poursuivre son action solidaire avec l’ouverture d’une recyclerie de chaussettes. « Si elles sont encore portables, elles seront reprisées et données ensuite à des personnes sans-abri, détaille-t-il. Les autres seront broyées et compactées afin de servir de briques isolables pour la construction ».